Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 mars 2008

"All the same" (Queens of the stone age)

 Où il faudra être gentil et ne pas mettre sa main pour cacher à son voisin

Sur les blogs comme dans la vraie vie, celle où on met du déodorant et on s'habille mal un jour sur deux, il faut sortir du lot. Se différencier, apposer sa patte, dépasser d'une tête, parler plus fort, mettre du rose. Ne pas être à la masse, dans la masse (Théodor Adorno vous ferait un plan en deux parties, deux sous parties, sur le sujet), mais il y a pire encore : être copié. Ci et là surgissent des copyrights, des "j'avais vu ces bottes en premier", et autres "ma soirée entre blogueuses, je l'avais programmé avant la tienne". Pendant ce temps-là, les Américains vont élire leur président, les OGM poussent de plus belle et Emmanuelle Béart confie s'être fait refaire les seins. Tout en me disant, vachement inspirée, que celle qui n'a pas déposé le concept de la photo sans tête à l'INPI s'est sûrement petit-suicidée depuis, j'ai eu un flash, hou hou hou hou, en quatre couleurs (Plastic Bertrand, Ca plane pour moi) : seuls les génies sont copiés. Donc, je ne vais pas prévenir LCI parce que Zabou, Bérangère et moi, on a la même djellaba Isabel Marant. Le même débit de paroles (environ, 25 mots à la seconde, sans compter les prépositions). Et maintenant, le même chèche. Déjà, parce que qui de l'oeuf ou de la poule et ensuite, parce qu'on s'en fiche pas mal. On s'en amuse même, comme des petites folles.

Première convaincue : Zabou, échouée chez Liwan*, une véritable caverne d'Ali Babette, grâce à la rivegauchère la plus célèbre de la blogosphère, Bérangère, qui maîtrise le 6e arrondissement comme je gère le port de sautoir en milieu urbain et pluvieux. Notre Belge préférée, elle aime le bordeaux, et elle tord son pied comme personne :

243541810.JPG
1227120098.JPG

Ensuite, il y a Bérangère. Qui, à la base, était venue là pour accompagner sa copine, et qui se dit à raison que le marron, c'est un petit peu sa couleur. Depuis, sa machine à laver est-allemande a anéanti sa djellaba, donc ayez une pensée pour elle dans vos commentaires :

284299054.JPG
1106309180.JPG

Et enfin, il y a Galliane. Qui regarde les deux nénettes médusée et stoïque, genre "Léon, j'ai tout ce qu'il me faut à la maison". Jusqu'à ce que la vendeuse sorte de sous le comptoir, véridique, le dernier modèle qui lui reste en vert. Pompon girl que je suis dans l'âme, je m'exécute :

1249173788.JPG
339164132.JPG 

Que fallait-il retenir de cette histoire? Sans doute, noter cette nouvelle adresse incontournable pour dénicher le compagnon idéal avec qui finir l'hiver. Se demander ensuite, en choeur, si le keffieh est véritablement mort, comme Elle le dit, et s'il y avait vraiment quelque chose avant le big bang, comme les frères Bogdanov l'équationnent. Malgré toute ma bonne volonté évidente, et mes connaissances en géologie biodégradée, j'avoue les filles : je chèche. 

0Liwan, 8 rue Saint-Sulpice, 75006 Paris  

27 février 2008

"Birthday" (Blur)

Ou vous ne verrez plus cette journée pareil après, et Gaspard Ulliel peut-être aussi, d'ailleurs

Ce matin, 58e matin du calendrier grégorien, vous vous êtes levée - en retard -, vous avez avalé votre thé Mariage Frères - trop chaud -et croqué votre Krissproll - pas de la marque Krisspoll -, et vous ne vous êtes pas dit, que le 27 février...

- 1594, Henri IV dit "Poul' Pot" était couronné à la cathédrale Notre Dame de Chartres.

- 1900, les travaillistes britanniques se disaient : "tiens, si on créait a party (of tea) ? "

- 1940, on découvrait le carbone 14 (allez faire une vanne là-dessus)

- 1982, votre blogueuse adorée ici présente naissait dans la plus belle ville du Sud et affichait une surcharge pondérale de 4 kilos tous ronds

-1991, Koweït City était libérée

- 2002, le mari de Lolo Ferrari était mis en examen

Donc, vous ne vous êtes pas dit que ce 27 février 1982 était  tout bonnement historique, et c'est mal. Ne pas me sortir que vous venez de payer votre tiers provisionnel et que la liquette H&M à 19,90 euros est en rupture de stock dans tous les H&M, nous sommes toutes logées à cette même enseigne (suédoise). De deux choses l'une, et un tien vaut mieux que deux tu l'auras, il y a bien deux, trois petites choses pour vous faire pardonner :

214e18d581ed0c3a9c166850170cd456.jpg

Trouver ça, dans ma boîte aux lettres, après qu'une gigantesque chaîne de solidarité soit partie du Poitou pour rejoindre la Nièvre, et rallier Paris, l'Est de Paris, le rue S******, ma boîte aux lettres, mon bras.

f5aa8a4d359ded70d2f7979ee88084e5.jpg

Même principe, mais c'est si vous trouvez pas le sac, une robe Marant, Etoile, pas compliquée à vivre 

41ee9da2bf2408e8919d14281d99af89.jpg

Ca, évidemment, c'est si y'a plus ma taille dans la robe du dessus, promis je vais pas buder

Sinon, il y a un grand moyen de fêter ici mes fucking 26 années (oui, la carte 12-25 s'arrête ce jour, de même que la carte Mod'Pass, j'anticipe, et oui c'est quoi le meilleur anti-rides bla bla), et qui me ferait autant plaisir : que chaque personne qui passe aujourd'hui voir la grande fille modèle lui laisse un comment. C'est tout bête, vous cliquez sur "Envoyer", en bas. One, two, twenty-six, four, tell me that you love me more.

04:20 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (226)

22 février 2008

"Le pire et le meilleur" (FFF)

Ou comment les jolies choses ne seraient rien sans leurs meilleures amies, les fautes de goût

Depuis 2002, un certain "Xaviere", sa copine Martine, les cours à la "fuck" et les lancinants No Alarms and No Surprises, on sait à peu près toutes ce qu'est une auberge espagnole. On aurait aimé y vivre même, avec le Duris si possible, dans la chambre Duris tant qu'à faire. On n'a pas fait. Mais tout ce qui a un minimum le sens des castagnettes et la couleur paëlla, aujourd'hui, on aime. Et en entrant chez Zara, l'autre jour, j'eus la très nette impression d'avoir pénétré une auberge espagnole typique, où le pire côtoyait le meilleur dans une joyeuse humeur. Vous en voulez la preuve?

b13a0348d2f9222b4ca38a1b177667ff.jpg

Comment ça, ce sont juste des bottes camel ? Soit vous avez trempé vos tartines de camembert dans du château Petrus ce matin, soit je ne m'appelle plus Gisele Bündchen. Alors vous collez votre naseau à l'écran, et vous verrez de quoi il retourne :

87d6de3408e6184d031946e5a3a1a86b.jpg

Ca y est, les synapses se sont correctement enclenchées? Des bottes trouées au bout, des bottes gruyères, sont-ce même encore des bottes, faudrait voir, et sur l'étiquette, 129 euros. Mes yeux plus vraiment en face des trous, et la désagréable impression d'avoir tout le mauvais goût du monde à mes pieds.

Note de milieu de page : Notez que telle James Nachtwey, je me balade avec mon appareil-photo désormais. Même quand je vais chez le boucher, c'est fou un blog, on se prend pour un grand reporter des fois.

Mais plus loin, plus loin c'était déjà mieux. Je passe sur les jolis trenchs parce que c'est mon obsession du moment (le trench camel de base, à porter avec du blanc mou dessous, c'est bête comme chou - et non trou) et parce que ça passionne moins les filles que l'horoscope du Parisien, et je remarque du camel, encore. Halte-là. Après le pire, le meilleur, enfin. Mes soeurs camelites (rouquines, chez Bashung), que je les baptise urbi et orbi : courtes, molles, confortables, 59 euros pour les intimes, dont Lilie, qui les a adoptées depuis longtemps.

1c303d404227acc6f7fff38770da6698.jpg

Mais quel était le message de ce post, au fond ? Herméneutiquement parlant, j'aurais pu invoquer Martin Heidegger et le Dasein de ces chaussures, voire le Discours sur l'origine des inégalités de Jean-Jacques Rousseau dit "Gold Man". Mais tout le monde pourrait le faire, comme vanter "le dernier téléphone portable qu'on nous a envoyé la pub par email en nous promettant un agenda si on le glissait entre deux tuniques". Alors, thèse-antithèse-foutaise, je vais me contenter d'en tirer une leçon : Galliane, tu arrêtes d'essayer tout ce qui est de couleur camel autour de toi, sinon tu risques de ressembler à un Quality Street géant. Et ouais. Remarque, ça me rabattrait un peu le Klapisch.

* Pour financer mes nouvelles camelites, c'est ici que ça se passe. Marant, Bruno, Maje et la fine fleur de la fringue y sont déjà, et rien que pour deux petits jours.

04:25 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (55)