Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 novembre 2007

"APC" (à peu près Jackson Five)

Ou comment j'ai suivi, baba, des bobos dans le piège tendu par APC

En une heure et demie d'une vie, on peut : aller voir Control d'Anton Corbjin / lire quatre chapitres du fameux Marisha Pessl / repasser 10 chemises du monsieur à côté de vous sur toutes les photos.
Moi, j'ai choisi d'aller me peler les miches et autre mimines à Ivry-sur-Seine, bucolique petite bourgade de la région parisienne, un samedi après-midi. Jamais là ou on m'attend, en somme, puisque Jean Touitou dit "Toutou" pour les intimes, avait ouvert les portes de son usine bien avant que j'arrive, le sagouin. Jamais là où une fille sensée devrait être, même si y'a marqué "braderie APC", même si y'a sous-marqué "tee-shirts à 5 euros", même si y'a une file qui ressemble à un défilé de mode - bottes vinyles blanches et gilets moumoutes sous des sacs fauves qui auraient fait la guerre de Sécession. Jamais plus tu ne te placeras en queue de peloton, compris?

Parce que le concept de ces ventes, pas besoin de détenir un MBA en marketing ascensionnel pour le résumer en deux temps, trois énoncements. Désolée, je powerpointe toujours pas.

1) Tu viens parce que le flyer te dit - 75 % sur les vêtements et que c'est bientôt Noël / pas encore les ventes presse. Tu t'impatientes.
2) Tu restes malgré la queue devant toi parce que t'as pas pris le 2e segment de la ligne 7 qu'a un métro toutes les 15 minutes et que si les gens attendent, tu moutonnes petite conne.
3) Le principal : quand tu rentres et que tu vois ce qu'il reste par terre, en taille XXSmall et en colori méchoui d'automne, tu achètes quand même parce que t'as pas fait ça pour rien, non?

Alors, la grande Gal', elle l'a pas ramené, elle a fouiné, elle a copiné, elle s'est mouchée (parce qu'APCrhumée à force d'attendre) et elle a acheté :

apc1

Jupe en jean APC, 15 euros au lieu de 120 marqués, foulard Madras

Jusque-là, la moutonne s'en sortait bien. Puis, comme elle s'est dit que c'était pas assez lourd pour trois heures perdues, elle s'est mis en quête de trouver autre chose. Une robe, une chemise, un cuir, des chaussures? Que nenni, c'est pas Gigastore mais la vente usine APC, je vous prie, faut lire le titre des billets quand même. Donc, elle a pris ça :

apc2

Je ne peux pas légender cette photo, je n'ai pas encore tout à fait compris, 170 heures environ après cet achat, à quoi il servait. Ca a l'air de trousses vynile vertes. Ca a l'air moche. Ca a l'air de servir à rien.
Pline l'Ancien serait tenté de dire que le marketing ascencionnel a encore de beaux jours devant lui. Galliane, elle, aurait juste envie de buder.

00:10 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (36)

29 octobre 2007

"Popular" (Nada Surf)

Ou comment je me livre à une analyse sociologico-harico-blogienne de la notion de "tag"

Aujourd'hui, c'est fête. Aujourd'hui, c'est bonheur, aujourd'hui je suis aussi contente que lorsque j'ai perdu ma première dent de lait : j'ai été taggée. Cherchez pas ça dans votre gros Petit Robert, il  s'y est pas encore mis. *"Tag", n.m, veut dire "questionnaire qui tourne de blog en blog et qui fait c**** en général celui qui le reçoit". Un peu comme ces fichues chaînes de l'amitié que tu déclenchais la fin du monde armaggedon si tu la forwardais pas à tes 282 contacts caramail.
Y'en a qui s'arrachent leurs colorations Kérastase quand ça leur arrive mais moi, je débouche le Champomy. En six mois d'existence, ce blog n'avait jamais été honoré de la sorte. Nous y voyons donc trois explications :
1) Galliane n'a pas d'amis.
Probabilité : 2%, Galliane attire la sympathie par sa frénésie shoppingique donc les gens laissent des comments par solidarité.
2) Galliane ne saurait pas fournir une réponse construite et cohérente aux questions proposées.
Probabilité : 18%, Galliane a quand même eu 18 en philo au bac.
3) Galliane est une star et les stars, c'est inaccessible, donc on ne les tagge pas.
Probabilité : 0,001 %, Galliane se lave en ce moment les cheveux avec du Head & Shoulders.

Mais la totalement rock'n'roll MH a su dépasser ces préjugés.

Petit intermède photographique et modesque, avant ce pavé totalement indigeste :

manteauvanessa

Manteau Vanessa Bruno disponible ici ...

Attrapez le livre le plus proche, allez à la page 18 et écrivez la 4ème ligne :
« conversations animées de commerçants. L'homme prit ».
Comment je suis devenu stupide – Martin Page
Notez qu'il est encore question de boutiques, et merde
- Sans vérifier, quelle heure est-il ?
12h48,
- Après vérification ?
12h48
- Avant de répondre à ce questionnaire, que regardiez-vous ?
Mon Brun lové sur notre banquette futon.
- Quel bruit entendez-vous à part celui de l’ordinateur ?
Rihanna "please don't stop the music", "Sur Public Sénat (...)", Eric Zemmour qui parle de la banque centrale européenne, "Bébé, j'arrête pas de zapper" (mon Brun)
- Quand êtes vous sorti la dernière fois? Qu’avez-vous fait ?
Hier soir, un resto en amoureux, "La Pomme en colimaçon". Même que y'avait des oeuvres d'art pendues avec Goldorak dessus. Voici le menu pour elle  : tartines de pain d'épice au chavignol, magret aux poires, crumble aux griottes.
- Avez-vous rêvé cette nuit ?
Sûrement, et j'ai parlé aussi, et j'ai fait une razzia chez Balenciaga et Nicolas Ghesquière me servait des Dragibus.
- Quand avez-vous ri la dernière fois ?
Les images du dernier match de l'Olympique de Marseille (* je définis aussi, j'imagine que vous connaissez pas : "club de foot qui a un beau passé mais un sale avenir")
- Qu’y a-t-il sur les murs de la pièce où vous êtes ?
A ma gauche, une Flowerbox et des plantes qui poussent perpendiculairement au mur, devant, une ardoise Habitat, des miroirs Ikea, des stickers muraux, derrière, le portrait de la grand-mère de mon Brun.
- Si vous deveniez multimillionnaire dans la nuit, quelle est la première chose que vous achèteriez ?
Elle ? Et je m'autopatronne, et je nomme Cél' rédactrice en chef, et Lilly son lapin nain chef du shopping.
- Quel est le dernier film que vous ayez vu ?
Plus belle la vie, ça compte j'imagine.
- Avez-vous vu quelque chose d’étrange aujourd’hui?
Non, mais mon Brun m'a dit que j'avais la tête d'une tortue d'Hermann, donc je suis finalement quelque chose d'étrange.
- Que pensez-vous de ce questionnaire ?
Que l'auteur ne s'est pas foulé, et que je ne me marre finalement pas tant que ça à répondre.
- Aimez-vous danser ?
Je maîtrise à la perfection la chorégraphie de Paris Latino. CQFD
- Quelle est la dernière chose que vous ayez regardée à la télévision ?
L Word, une série avec des filles qui aiment les filles tout en ressemblant à des filles qui aiment les garçons. En gros, Barbie à Lesboland. Constructif.
- Quel serait le prénom de votre fille si vous en aviez une ?
Je l'ai décidé quand j'avais 11 ans et je me suis juré que je le ferai : Scarlett. Suicide prévu vers ses 14 ans.
- Quel serait le prénom de votre garçon si vous en aviez un ?
J'hésite entre Schlomo et Aldebert. Suicide prévu vers ses 9 ans.
- Que portez-vous ?
Ma liquette épaisse molleton Princesse Tam-Tam. Grise, j'avoue.
- Quelles sont les 4 personnes qui doivent prendre le relais sur leur blog ?
Jean-Marc Morandini, Sophie Favier, Micheline Presle et Than Shwe.

Pour finir, parce que je parle de mode, de mode, de mode avant tout :

braderie_flyer_102007

Une braderie organisée à partir du 31 octobre à l'espace Catherine Max ( 17, avenue Poincaré, dans le XVIe) au profit de l'association Arcat, qui lutte contre le sida. Il y aura du Agnès B, du Antik Batik, Chloé, Chanel, Jérôme L'Huillier, Princesse Tam Tam, Vanessa Bruno et Zadig & Voltaire etc... à des prix de -30% à -90%. Celles qui sont allées jusqu'au bout du tag ont bien mérité cette info.
Ah, avant que j'oublie : la première qui me re-tagge, j'la "trolle"*.

*Troll : n.m, bête méchante dans les contes ; personne qui dit du mal de votre blog sur votre blog ; deux définitions c'est déjà pas mal, je ne suis pas l'extension Thésaurus.

00:06 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (23)

12 octobre 2007

"J'me voyais déjà" (Charles Aznavour)

Où on parle de la mode de mes murs et de François Bayrou parce que Jean D'Ormesson est déjà pris

Si le regretté Jacques Martin me demandait maintenant, sur mon plot rose chamallow, "qu'est que tu veux faire quand tu seras grande", sans hésiter je répondrais, malgré la présence si déstabilisante de M. Pokora dans mon dos (bah ouais, ce serait l'invité du jour) : " je veux faire Valérie Damidot". (Vous : Ohhhh, elle veut pas être Joanna Preiss?") Ben nan, elle veut pas être Joanna Preiss, elle l'est déjà dans sa tête, son Ipod sur les oreilles et ses Marant sur les pattes dans le troméchant tromé parisien.

Donc sortons de ma vie rêvée, mes anges, et revenons au topique du jour : j'ai toujours voulu m'improviser "fille-qui-assure-dans-la-déco-et-qui-recopie-les-décors-télé-avec-des-objets-design-trop-hype" : le bougeoir Lego en plastique que même Starck ne renierait pas, le sticker au mur à 45 euros qu'on fait le même avec du Velleda. Une comparaison mode? Pimkie? Quittez ce blog, vilaines. H&M, ouais, si on veut.

Bon, et puisque mes photos Pimkie - qui lassent sûrement certaines et en intriguent d'autres - seront bientôt aussi célèbres que les cartes postales d'Isabelle Balkany, je vous livre quelques nature-mortes très Damidesques. Ne cherchez pas Frank (Vous : "Ooohhhhhh !"), je ne prends pas de petit personnel de maison. Logique, mon gourou, mon modem François B. n'apprécierait pas.

pommes012

Pommes vertes fake dans un vase verre tubulaire, lampe plastique prune imitation Kertell

stickers

Stickers muraux, abat-jour métal

miroirs

Miroirs collés Ikea, 4 euros les 6

Et ma dernière trouvaille, je l'ai accomplie avec MH : la flowerbox. Une création marseillaise, des plantes au mur, pas de souci d'arrosage, pour un prix raisonnable (34 euros, soit un beau bouquet). La Damidot du ghetto que je suis a aussitôt bondi, et cet emballage Macdo-cadeau sera du plus bel effet pour toutes vos prochaines pendaisons de crémaillère :

flower1

flower2

Et là, j'vous vois toutes venir dans vos bleus klein de travail. Vous voulez voir l'affaire installée. Logique, j'en demanderais de même.
...
J'aurais voulu la pendre au mur, je le jure. Mais la vérité, j'ai plus un clou.

00:00 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (26)