Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 décembre 2006

"I can't wait to meetchu" (Macy Gray)

Ou comment trois filles, une journée shopping, plusieurs possibilités

13h31 : J'ai failli ne pas rejoindre les filles. Le sosie de Jude Law en face de moi dans le métro. Rapide évaluation  pour/contre : shopping ou Jude Law, Jude Law ou shopping. J'opte pour le shopping parce que je suis une fille bien et que je drague pas dans les transports en commun, c'est bien trop common people selon Femme actuelle.
13h32 : Rendez-vous métro Filles du Calvaire, pour une journée entre meufs, ça s'invente pas. Clac clac la bise, la Fée a un sac vintage qui achèverait Alix, Angie replace ostensiblement son Dreyfuss histoire que ma bave atterrisse pile à côté, mais je les emmène quand même vers mon île au trésor, soit la boutique Matières à réflexion.
13h40 : Angie possède apparemment d'autres Dreyfuss payés 200 euros en soldes de presse. J'lui dis que le concept de l'après-midi, c'est qu'on met nos cartes bleues minables, pas qu'on se tire une balle après être rentrées bredouilles de dépit à la maison. La Fée acquiesce.
13h50 : arrivée chez Matières à réflexion, mes créateurs préférés. Je repère direct le sautoir qu'il me faut, un modèle ultrafin Eva Gozlan, et la Fée veut le même.

sautoirgozlansautoirgrosplan_002

Je le prends, elle le prend pas, et elle le regrettera tout l'après-midi. Voir plus loin. Je prends une broche siglée Claire Pain, jeune créatrice de l'Est parisien extrêmement inspirée. Ma Fée prend la même, bientôt on choisira nos céréales pour le ptit déj' ensemble que j'me dis toute guillerette.

glagla

Je sais, vous voulez déjà toutes la même et à ce prix-là (20 euros), faut vraiment le vouloir pour se priver. Angie triture son Dreyfuss en souriant, c'est une fille bien dans ses Converse. Je repère mon futur sac camel, et je me le fais mettre de côté (oui Cyrille, je vous refais bien le coup de la dernière fois).
14h15 : on va chez Shine juste à côté, c'est beau, plein de fourrures qui font très vrai et très cher. Vu sur une étagère haut perché, donc pour moi évidemment, un immense cabas fauve Marc Jacobs. J'explique aux filles qui veulent que je l'essaie que je ne peux me payer que le porte-cartes, là en bas. La vendeuse va aussitôt voir ailleurs si j'y suis pas.

14h30 : je montre le fameux "8" en cuir chez Les Petites à la Fée qui cherche un maxi sac noir. Je ne la sens pas réceptive malgré ses sourires polis.
14h32 : entrée chez Vanessa Bruno. Angie nous raconte comment elle est entrée sans carton aux soldes presse et comment elle a acheté un sac à Punky. Je toussote. Je montre aussitôt mon sweat Athé que même Solenne a acheté le même tellement il est beau. Sourires gentils des filles. Elles ont visiblement faim.

ath_molleton

14h40 : l'autre graal de ma journée, Erotokritos. La moindre robe est à 320 euros. Le sac que j'aime à 500 euros. Je demande aussitôt à la vendeuse où je peux trouver la collection Eros, censée être deux fois moins chère. Elle me répond, mais je sens quand même quelle doit avoir un lien de parenté avec la vendeuse de chez Shine. Voir plus haut pour celles qui prennent en cours spice di flemmasses.
14h45 : on va chez Maje, on va au Dressing room, on va chez Joy et Xuan Thu N'Guyen mais rien. Elles dégainent pas leur CB. Je "bude" sans le montrer (lippe et frange basses), tandis que mon keffieh tente un freestyle parfaitement inapproprié (broche La Fée).

keffieh

15h15 : arrêt chez Brontibay, car la Fée veut du sac poudré qui existe pas dans la bonne taille. Je compatis, les histoires de taille, forcément que ça me parle.
15h45 : arrêt à Paul.
16h15 : Angie doit récupérer deux robes Bel Air dans un stock à côté des Galeries Lafayette. Je le dis pas aux filles  mais j'ai vu Agathe de la Fontaine attablée pas loin. Je sais que seules Marie Sue et moi en France savons que c'est l'ex femme d'Emmanuel Petit. Grand moment de solitude pendant qu'Angie récupère ses robes car sur les portants, y'a que du Didier Parakian.
16h30 : H&M vite fait. Elles flânent, je patiente assise sur la vitrine, deux filles me prennent pour le mannequin en plastique censé être sans cheveux. Je "rebude" du coup.

16h34 : Ma fée veut des zizis Repetto poudrés. Elle les essaie, ils sont "siouperb", elle hésite. Angie s'est faite alpaguer par la vendeuse Jérôme Dreyfuss qui veut lui refourguer un sac vendu en exclu au Printemps. Angie s'en fout, elle a acheté les siens aux soldes presse. La vendeuse "bude".
16h36 : je vais faire pipi.
16h42 : (bah ouais, y'avait du monde) : Ma Fée va enfin acheter ses Repetto mais il reste que le modèle d'expo donc non, elle prend pas. On repart. Ma Fée est gentille et garde le moral. Moi je pense déjà à mon prochain achat, les salomés Yurkievich.
16h44 : que dalle, les Yurkievich sont trop hautes pour moi.
16h47 : Angie raconte qu'elle a payé son 24h Gérard Darel 2,40 euros.
16h53 : dans le bus qui nous emmène au Bon Marché, mon voisin est visiblement indisposé par les bulles que je claque grâce au chewin-gum luxembourgeois offert par Angie (qui avait aussi payé Paul, soit dit en passant). Les filles parlent mecs, moi je pense Petite Mendigote.
17h 15 : je choisis ma pochette Petite Mendigote, Ma Fée opte pour la même. Je commence à chercher une éventuelle géméllité entre elle et moi, et je me dis que le sort est bien salop car j'ai pas reçu le gêne du talent. Le chewing-gum m'empêche de buder.

trousseprincesse

17h45 : arrivée au Bon Marché. Y'a pas les Repetto de Ma Fée. Angie la console. Je décide de la venger en adoptant ces ravissantes ballerines Mellow Yellow que pour une fois y'a du 41.

ballerines

19h00 : On flâne dans l'expo Tokyo du BM. Je comprends pas pourquoi y'a marqué 124,00 euros sur l'étiquette du tee-shirt Tsumori Chisato. Ma Fée veut une bouteille d'eau Hello Kitty mais... "il n'y en a plus" (en choeur). De dépit, elle repose les deux sucettes qu'elle avait prises. Angie la console.
19h24 : Ma Fée me dit qu'elle voulait un sac Matières à réflexion à tout prix. J'opine car moi aussi. Je luis dis que je veux une pièce de la collection Eros d'Erotokritos distribuée Rue d'Argout mais on n'a pas eu le temps d'y aller. On se dit qu'il nous faut un jean taille haute. Angie ne se sent pas over-concernée, elle a plein de sacs Jérôme Dreyfuss chez elle. Ma Fée est libre jeudi, je regarde mon Filofax et moi aussi. On est sûrement jumelles karmiques et donc, on remet ça jeudi.
20h00 : je rentre chez moi et  je trouve 3 mecs dans mon hall des bouteilles de bière à la main prêts à hurler devant France- Italie. J'enfile aussitôt mon sautoir Eva Gozlan, quelques grammes de finesse dans ce monde de brutes. Ca marche, même pas je "bude".

00:42 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (51)

04 décembre 2006

"L'horrible bye-bye" (Alain Souchon)

Huit jours sans mails, huit jours sans shopping, huit jours... sans vous. J'ai fait ce que j'ai pu cette semaine mais là où je vais dès aujourd'hui, vraiment, je n'aurai pas le courage de blogger, piscine et sable fin seront à mes pieds.

Je vous souhaite donc une très belle semaine. Quant à moi, sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés m'appelleront... Lolita.

lolitaMode_034

Top et short Collection Lolita Lempicka pour Etam

00:00 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (11)