Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 février 2010

"Missing" (Everything but the girl)

Où il est beau, il est beau, il est beau le boléro

"Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé." En l'occurence ici, pour mon petit derrière de modeuse de Boulogne-Billancourt, un seul boléro vous manque, et tout est dépeuplé. Je m'explique. Cette semaine, dans notre Elle chéri, on nous conseille gentiment d'adopter dès à présent les tendances de l'été, early adopter, wahou, pour une fois que ça m'arriverait voilà une riche idée. Non, parce que le fondant châtaigne Monoprix Gourmet, je dois avoir été dans les 82 premières Françaises à lui avoir fait confiance, easy in the mouth, mais la veste léopard en fourrure, une des bonnes dernières. Une des never, OK, never mine, never mind. Donc, on (On, c'est ma belle copine Lauren B., belle et pas énervante, faut le faire) préconise le summer liberty en hiver. OK, liberty's my first love. Quand une tunique liberty de l'été dernier Isabel Marant se présente sur Ebay, Galliane dégaine son paypal, c'est Lauren qui l'a dit.

012.JPG
Tunique Isabel Marant, ceinture Comptoir des Cotonniers, collier Sabrina Dehoff
016.JPG
Les mêmes, plus un gilet American Vintage

C'est bien beau et bien beige tout ça, mais malgré la ritourn'Elle, je ne pense qu'à l'original. Comment l'oublier, d'ailleurs, mesdames, souvenez-vous plutôt, l'été 2009, Isabel Marant nous imagine en cow-girls nues de la cuisse, chalala bottées :
Marant_RS9_0784.jpg
Ce boléro de Ravel (ou tout autre boléro Marant), il me le faut, aussi fort que Dave aime l'Edam, aussi beau que la médaille d'or de Jason Lamy-Chappuis en combiné nordique, aussi vite que la durée de vie d'une paire de chaussures estampillée Sandro. Je lance donc mon fameux avis de recherche, mesdemoiselles et mesdames, si vous / votre tante / votre cousine américaine / le dépôt-vente du coin de votre rue en dispose, pensez à moi. Les sentiers de mon liberty en dépendent. Sans ce joli frou-frou, mes filles, je ne serai point free.

En commentaires, lancez vous-aussi vos avis de recherches !

PS : non, vous ne rêvez pas, j'ai découvert l'existence des logiciels photo.

27 novembre 2009

"Desire" (U2)

Où on va aller droit au but, allez l'OM

giletprincess.jpg

WANTED

Gilet Princess Paress, vendu sur l'e-shop L'Atelier de la Mode

En noir, gris, taupe ou bleu, peu importe

Taille 1 ou 2, peu importe

Prix coûtant + récompense

lesgrandesfillesmodeles@gmail.com

Pour vous aussi, les filles, si vous recherchez désespérément une pièce, c'est en commentaires que ça se passe.

23 novembre 2009

"Avril en octobre" (Autour de Lucie)

Où est ce que j'avais besoin de ça en ce moment, non, vraiment pas

Souvent femme varie, bien fol qui s'y fie, dit le proverbe. Et quand femme vieillit, alors, n'en parlons pas, ai-je envie de balancer, du haut de mes 27 ans, 27 printemps, 27 automnes même (vous comprendrez pourquoi plus loin) (Non ! N'allez pas déjà lire la suite, j'halllucine les curieuses!). Non parce que bon, quand on prend de l'âge, on prend aussi de l'assurance, des ennuis, des vergétures, des réductions senior (et non plus jeunesse), des "vous" dans notre gueule, des stagiaires de 19 ans qui nous remettent à notre place de vieille qui porte plus de Converse. Et des goûts de luxe. On s'en passerait bien, de cette dernière catégorie (et des vergétures aussi, parce que les stagiaires on sait les gérer, on est belles, drôles et intelligentes pour rappel).

Donc, les goûts de luxe. On va faire simple et imagé pour toutes les furies fashion qui ne calculent plus en chiffres mais uniquement en pointures : à 14 ans, je portais le baluchon Chevignon sur le dos, je pensais que j'étais au sommet de la branchitude et que Dolores O'Riordan, elle pouvait aller se déchausser avec ses Doc Martens. A 20 ans, j'ai acquis mon premier sac Comptoir des Cotonniers en toile poilue (à pois, l'image, on suit un peu) et je m'imaginais avec ma mère en quatre par trois sur toutes les colonnes Morris de Paris. A 23 ans, je demandais conseil aux journalistes de Madame Figaro, où j'étais en stage, sur la couleur de mon futur Charlotte de Gérard Darel, et je crânais  conséquemment comme une belle tête de morue. A 27 ans, à force de circuler dans Boulogne-Billancourt on Seine, et d'y croiser des Midday du même Gérard Darel, je rêve logiquement d'un ... Balenciaga Motorcycle camel. Vous notez que ma courbe de désir, calculée sur une pyramide de Maslow, suit proportionnellement ma progression géo-perso-professionnelle dans l'upper-west-side de l'Ile de France. Premier point rassurant.

autumnbalenciaga.jpg

Sac Balenciaga, coloris Autumn

La couleur de ce sac à (1500) patates se nomme Automne, et je prends ça, avec la plus grande objectivité qui me caractérise (si, si), pour un signe du destin. Deuxième point rassurant. Bon, le troisième point rassurant, on va y venir tout de suite avant que  vous ne partiez surfer sur le site de Carla Bruni-Sarkozy : je ne suis pas capable de sortir une telle somme pour un sac, et vais sagement me rabattre sur une belle occasion Balenciaga, merci les dépôts-vente. Du type de celle-ci, moins chère qu'un Dreyfuss (320 euros) par exemple :

giantcutycamel.jpg

Sac Balenciaga Giant Day camel

Ne vous en faites pas, je vous tiens très très vite au courant de mes pérégrinations. Et surtout, on se donne rendez-vous dans quatre ans. Je vous conterai alors ma passion pour les besaces Cotélac et les sac à langer Vert Baudet. Hmmmmm.

00:03 Publié dans My Wishes | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : balenciaga