Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 octobre 2009

"I was definitely made for this ... " (Hello Saferide)

Où il n'est pas besoin de faire long quand on a le souffle court

Qu'est-ce-qu'il me prend de traîner sur la blogosphère féminine un samedi soir, en rentrant du Marais, deux kirs Chablis dans le pif et ma souris qui dévie sur le site de Marie ? Je vois ça, je vis ça, je ne veux que ça, je divague :

vestebis.jpg

Veste Isabel Marant, collection automne-hiver 2009-2010

vestemarant.jpg

Et dans la famille parfaite, je demande aussi le top et la jupe, pour qu'on soit tous au complet autour de la table le soir du réveillon.

Marant4.jpg
Maranttrois.jpg

C'est là que je me félicite mentalement de ne pas avoir craqué pour une veste courte en tweed Avant Première très Bernadette Chirac. Ca aurait fait double emploi. Parce que cette veste, là, par-dessus, qui m'a mise sans dessus mais coûte pas deux sous, elle a déjà son petit cintre qui l'attend dans ma penderie. Et j'trouve pas ça très Marant. Bon, pour que ce post ne serve pas tout à fait à rien, la bonne nouvelle du jour, qui devrait vous réchauffer le coeur et le cou :

warm.jpg

Je vous intime, sur ce carnet, de vous y rendre parce que Warmi, c'est vraiment trop cool.

01:35 Publié dans My Wishes | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : isabel marant

01 octobre 2009

"All that glitters" (OMD)

Où un jour, un garçon m'a dit, pour me draguer, "tu brilles de mille-feuilles" (et il passe à la postérité)

Marre de briller par ma beauté (Hum). Marre de briller par mon intelligence (hum hum), par mon humour (hum hum hum). Envie de briller tout court, tiens, comme un sapin de Noël, deux mois en avance. La tendance "sequins", cet été, je l'ai vue passer comme une étoile filante. Des paillettes, que dis-je, de la poudre aux yeux, et je ne suis pas fille à s'éblouir facilement. Mais l'automne arrivant, les nuages  et le gris avec lui, moi je veux de la lumière, du soleil, du happy face sans Mya Frye. J'ai donc décidé, non sans stress, de me convertir au strass. Shiny happy people, me voilà !

sesuinqshyde.jpg

Shyde, collection automne-hiver 2009-2010

Avant d'arrêter mon choix, forcément brillant, sur la pièce qui illuminerait l'open-space dans lequel je travaille mais aussi notre 45m2, le bus 123 et Boulogne-Billancourt City tout entière, j'ai forcément suivi la piste aux étoiles direction les common fashion spots.

sequinsandro.jpg
Sandro, automne-hiver 2009

sequinssandro.jpg
Pull Sandro, disponible ici

sequinsnjo.jpg
Top N'Jo, disponible ici

Et puis finalement, mon amour des robes fut le plus fort. C'est donc vers Shyde que je me suis tournée, pour un modèle tri-matière sequins coquin, manches courtes, idées longues :

sesuqinsfinal.jpg
Robe Shyde, disponible ici
.Astuce : Utiliser le code promo RENTREE20 pour obtenir 20 euros de réduction

Dès que je l'ai reçue, je me dévoue, je la passe et j'illumine vos vies, j'imagine déjà vos mines ébaubies. Dites-moi tout de même ce que vous en pensez. So, girls, I've got you under my s(e)quins?

Et vous, une pièce pailletée dans votre garde-robe hivernale?

01:30 Publié dans My Wishes | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : shyde

07 septembre 2009

"Je veux tout "(Ariane Mofatt)

Où il sera question en vrac de votre note au brevet des collèges, d'Angelina Jolie et de Nicolas Sarkozy

Fille à défi, voilà ce je suis. Une fille qui se donne du fil à retordre, étoile filante au firmament amoureux, qui jamais ne se défile et fait fi de la difficulté. Un peu une Angelina Jolie française, en somme, les yeux bleus et six enfants adoptifs en moins. (C'est tout ce qui nous sépare, je ne vois vraiment rien d'autre). Oui, parce que la Jolie poupée, elle s'était promis de chiper Brad à Jennifer, et elle l'a fait, haut les mains, haut la main, et six bambins dans l'tambourin. J'aurais pu, honnêtement, mettre la barre aussi haut, et tenter d'agripper, du haut de mon mètre 80, Gaspard Ulliel à sa chérie du moment. Mais, honnêtement (la rhétorique Sarkozy s'empare de moi, au secours pardon), d'une j'ai ce qu'il faut à Boulogne-Billancourt (ma nouvelle maison, avec tous plein de gros coussins dedans), de deux je me suis trouvé un autre défi. Un vrai défille, devrais-je dire d'ailleurs, qui tient en deux points. Là, va falloir que je les montre ces deux points, avant de me faire tirer sur les "i".

Collection Comptoir des Cotonniers automne-hiver 2010

robecomptoir.jpg


La robe s'appelle Nougat, coûte 140 euros, et me met au tapis avec ses volants. Le blouson n'a pas de nom, coûte 360 euros, et représente ma seule concession potentielle à la tendance officier en cette rentrée. (Non, pas la veste H&M, j'veux du cuir, du gris, du classe). Donc, si vous avez eu votre brevet des collèges et vous avez lu jusqu'ici, vous avez compris que mon défi culmine à 500 euros. Le compte n'est vraiment pas bon, surtout en ces temps d'emménagement, d'où mon défille : m'offrir la tenue de mes rêves en revendant sur mon vide-dressing pour exactement le même montant. Défi lancé, céans, par une mauvaise fille qui file pourtant un joli coton.