Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2012

"Little lady" (General Elektriks)

Où je fais comme l'oiseau (enfin)

Quand elle s'est fait un nom sur la blogosphère, disons que je n'étais pas prête. Non, vraiment. Pour tout vous dire, ses créations me rappelaient les lustres d'antan, les bimbeloteries, les broches en strass de mes grand-mères. C'était too much for me, really. Bling bling, bang bang. Et puis, on vieillit, et les goûts changent. Comme je me suis mise récemment à aimer le doré, moi la femme d'argent, je me suis mise à aimer tout ce qui brille. Et avec elle, ça brille, ouh la la. Difficile de passer inaperçue avec les créations de Shourouk, et tant mieux, c'est ce que je lui demande. Maintenant, quand je sors un sweat gris tout simple, je sais quoi mettre dessus pour le sortir de l'ordinaire. Mon collier oiseau, aussitôt, lui donne des ailes. 

jean2.jpg

jeanlegende.jpg

jean1.jpg

Sacré changement pour celle que vous voyez régulièrement arborer le grand rien autour de son cou, de ses poignets, de ses oreilles. A quoi serait donc dû ce grand bond en avant ? Cette année, décidément, on bazarde tout : 30 ans, je coupe mes cheveux au carré (long) (ça a repoussé depuis, notez), je me mets aux bijoux ostentatoires, je découvre les cuisses de grenouille et je préfère désormais les magasins de déco aux boutiques de mode. Et dire que 2012 n'est pas fini, que me réserve t-il encore ? Le don de voir les bons numéros du loto ? Tiens, ça serait bien, ça, d'enfin gagner à la grande loterie de la vie. 

PS : Baisse des prix et réassort vide-dressing : Une surprise thé offert pour chaque commande aujourd'hui. 

PS : Un petit clic en haut à droite pour voter pour mon blog ? Allez ! :)

20 août 2012

"Too hot" (Kool & the gang)

Où je fais mon one-woman chaud

Du bout des doigts, j'écris ces lignes. Voilà bien les seuls membres que j'accepte encore de bouger, prise en étau par le sacré coup de chaud qui nous est tombé dessus. De passage dans le Sud avant un séjour bien mérité dans l'extra-Sud, celui où la possibilité d'une île prend des airs de réalité lagon, j'économise mon organisme au maximum. Gros repas, sieste, lectures, repas, dodo. Et la mode alors ? Et bien, elle est parfaitement intégrée à ce programme d'effort minimum (déjà que le reste de l'année ... Hum). J'admire celles qui se décorent l'orteil gauche de motifs de nail art, enduisent leurs paupières de fards nacrés, enroulent leurs cheveux dans un chignon head-bandé complexe, et accessoirisent l'ensemble de bracelets tintinabulant. J'ai pour ma part une conception extensive des vacances : les neurones, les papiers, la cuisine et la penderie sont mises au repos. Le brushing, au frigo. Et quand je sors, j'enfile du léger et surtout du prêt-à-porter. Au placard la haute couture, la grande flemmarde essaie juste de garder un peu de tenue.

DSCN1692.JPG

DSCN1694.JPG
Robe Monoprix (col. actuelle), sandales Comptoir des Cotonniers (été),
sac et ceinture Ba&sh

DSCN1688.JPG

Remarquez, en étant partisan du moindre effort, on peut très bien aller chez Monoprix acheter de l'écran total et ressortir avec dans son cabas une petite robe à papillons prête à enfiler. Ce qui, si on y réfléchit, est bien plus aisé que de sortir avec un panama neuf si on entre dans une phamacie, ou une paire de nu-pieds chez le boucher. Rah, mais j'avais dit qu'on ne réfléchit plus l'été. Vous voyez, il suffit que je reprenne le fl du clavier et déjà, je papillonne.

01:25 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : monoprix, ba&sh

02 juillet 2012

"Open your heart" (Madonna)

Où je fonde enfin une famille

J'ai beau ne pas jeter ma culotte à la volée ou poser nue les bras en croix, il va quand même bientôt finir par m'appeler Madonna. Pas tant parce que je me suis mise en couple avec un danseur imberbe que je pourrais avoir baby-sitté pendant mes jeunes années, non, mais parce que j'ai comme elle la fibre adoptive. La générosité en bandoulière, j'ai ça dans la peau. Dès que je vois un petit Jérôme Dreyfuss d'occasion se chercher une nouvelle mère, j'accours, je gambade, je vole. A force, cela confine à l'élevage. Mais avouez-le, à les voir alignés en rang d'oignon, ils sont tout de même bien élevés.

DSCN1143.JPG

Donc le petit dernier, adopté sur Ebay Petites Annonces, a pris sa place au fond à gauche. Je vous présente ainsi Antoine, et j'arrête là mes élucubrations.

DSCN1162.JPG

Lire la suite