Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 septembre 2011

"Summer wine" (Nancy Sinatra)

Où rien de sert de courir, il faut partir à point

Elle est déjà là, la fashion week parisienne, déjà là à nous dire ce que l'on voudra l'été prochain, ce que l'on détestera l'été prochain, ce qu'on ne pourra pas se payer l'été prochain, alors que l'été actuel n'est même pas envolé. La fashion week, un froufroutant, excitant, énervant roman d'anticipation. Il était une fois après-demain, et moi je me perds déjà dans aujourd'hui. Une temporalité qui m'exaspère souvent, pour tout vous dire. Le "demain, c'est déjà maintenant" qui prévaut dans le domaine de la mode ne se marie guère avec mon emploi du temps de femme active. Il y a dix jours, j'en ai même fulminé de rage sur trois trottoirs différents. Si la fashionista est prévoyante, c'est bien là, selon moi, son plus grand défaut. La preuve par le bordeaux, la teinte qui donnera le ton de votre automne.

OKIKK.jpg

Campagne IKKS hiver 2011-2012, shootée par Jan Welters

Honnêtement, qui peut penser, la dernière semaine de juillet, alors que le sable de Guéthary s'accroche à ses tongs, à acheter des boots Isabel Marant bordeaux ? Qui ? Qui peut penser à aller acheter des ballerines Naf Naf vernies bordeaux pour sortir, alors que ses compensées laissent deviner un vernis vermillon du plus bel effet ? Qui ? Qui peut, alors que la chaleur colle son débardeur à sa peau brune, avoir envie d'aller essayer un jean slim bordeaux épais Ba&sh ? Qui ?

soldout.jpg

(Ci-dessus, la basket Gérard Darel déjà sur liste de réservation)

Alors, vous la connaissez, cette fille-là ? Non, parce que c'est peut-être une fashionista accomplie, mais elle ne doit pas avoir beaucoup d'amies.

PS : Si jamais vous voyez dans votre ville des Dixie boots Isabel Marant en bordeaux, taille 41, soyez une vraie amie pour la non-fashionista que je suis.

27 juin 2011

"Dress" (P.J Harvey)

Où la belle des champs a soigné sa robe

Il va bien falloir que je me fasse à l'idée, à défaut de me faire couper les jambes, ou de prendre mes jambes à mon cou, et ce serait un coup de folie. Ce qui, pour la plupart des créateurs, est une robe, devient à mes yeux, ou plutôt à ma taille, une tunique. La blague traîne en longueur, saisons après saisons, et je m'adapte, tant bien que mal. Une fois je ceinture, une autre je blouse, la troisième j'abandonne. Pour ce modèle Ba&sh repéré dès le début de saison, j'ai choisi la première option. Cette robe, de maître, je l'ai prise de haut, et elle est devenue top.

240620111652.jpg

Robe Ba&sh (2011), blazer Sandro (2011), Sac Matières à Réflexion

Lire la suite

20 juin 2011

"She wants" (Metronomy)

Où les réductions, ce n'est plus de saison

Mercredi 22 juin, à l'heure où blanchit la campagne, à l'heure où blanchit tout autant ma terrasse citadine depuis 15 jours, je ne les attendrais pas. Et pourtant, les soldes d'été commenceront. Soldes d'été. Mais quelle est cette salade, que la météo nous assaisonne et déraisonne à grand coups de giboulées et de températures givrées ? L'été arrive, mais j'aurais franchement préféré des soldes d'hiver. Me repérer un bon gros gilet, une parka (même The Kooples, je suis magnanime), des bottes. Depuis 15 jours, je fais pourtant la grève du collant, hors de question que j'aille récupérer à la cave ma valise de robes et jupes d'automne, je ne jure que par le jean. Une vie monotone de presqu'automne, et mes jupes désespèrent, et mes débardeurs  se cherchent une autre paire de manches. C'est le blues du placard, ma penderie veut se pendre. Pour pallier cette dépression dans tous les sens du terme, j'avais quand même fait un petit repérage de soldes, pour la forme.

messoldes.jpg

- La robe Farouche de chez Ba&sh. M'enfin les soldes privées ont eu lieu, et si ça se trouve, elle est déjà arrivée chez moi, la belle rebelle.

- Le short Essec de Maje. M'enfin les soldes privées ont eu lieu, et si ça se trouve, il est déjà arrivé chez moi, le couvre-postérieur divin de Pippa (voir épisode précédent).

- Le tee-shirt Charlotte Sometime. Poétique.

- Une ceinture léopard (peu importe la provenance)

- Les fameuses sandales See by Chloé. Mais ma pointure disparaît peu à peu des étals, donc je vais sans doute pointer aux objets non trouvés dans cette histoire.

- Le sac Sunny de Zadig & Voltaire, mais pas l'argent, pas le besoin, donc c'est un peu l'intrus dans la liste (ça manquait d'une touche de bleu, sans doute).

Ah, je n'avais pas vu les ajouts en deuxième page :

FSTAKA3.jpg

- Une marinière grise Bérangère Claire. Rien de très spirituel à dire là-dessus.

soldes,bérangère claire,maje,ba&sh,princese tam tam,the must

- Un blazer corail Asos, mais va savoir lequel (on vote en commentaire, SVP).

theme_3THEMU_1.jpg

- Un deux-pièces Princesse Tam Tam. "The must" qu'il s'appelle, donc il m'ira très bien, je suis totalement bilingue. Bien évidemment, je le porterai sous un tricot de peau, un sweat, un gros gilet et mon duffle-coat. Mais bon, je saurai que je le porte, ce sera déjà ça. Ca y est, la blogueuse devient aigrie de la blague. Non mais sérieusement, ladies, ce contre-temps estival ne vous rend-il pas gaga ?

PS1: après tirage au sort masculin, le commentaire n°37 remporte le concours Jollia, soit Mathilde 59 ! Un email, miss !

PS 2 : Gros réassort, avec du petit prix et de la marque (Comptoir des Cotonniers, Maloles, Suzie Winkle, Christiansen ...) sur mon vide-dressing !