Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 février 2011

"Please" (Cee-Lo / Selah Sue)

Où je sais peser de tout mon pois

Pois, pois, mon pois. Pois, pois, mon tout mon roi. Pouet pouet, aussi sec, quand j'ai envoyé ma wish-list d'anniversaire à ma famille. Un email avec trois, quatre repérages et trois, quatre heures plus tard, un appel de ma grande soeur en pétard. Victime du pois des mots et surtout, du choc des photos :  "Non mais dis donc, ma petite (Ma petite, sic. Le réflexe de la grande soeur, à qui je mets 10 cm dans la vue quand même), j'ai cliqué sur tout ce que tu souhaitais, et y'a des pois de partout. Bon, un peu ça va, mais des pois sur la robe, des pois sur les ballerines et des pois sur ta nouvelle vaisselle, je crois que ça fait un peu beaucoup, non ?" Et que dirais-tu, petite grande soeur, si tu me voyais au moment où tu me parles, avec mon nouveau tee-shirt richement doté en dots ? Que dans ma tête, y'a un petit pois ? Chiche !

110220111084.jpg

Gilet By Zoé, tee-shirt H&M, sac Jérôme Dreyfuss, jean Gas

Lire la suite

27 août 2009

"Don't look back in anger" (Oasis)

Où je préfère ne pas tourner sept fois ma langue de vipère dans ma bouche

Les apparences sont souvent trompeuses. Tenez, en cette belle matinée de rentrée, où vous êtes si heureuse de remettre des bas dans vos ballerines parce qu'il fait frais, à 9h30, vous venez ici, pensant trouver la bonne humeur du jour de votre chère Galliane. Celle-là même qui est partie par la Côte basque, puis la Côte bleue, sonder sa cote d'amour (marée haute, merci) ces dix derniers jours. Mais aussi celle qui, la tête blondie par les rayons et les embruns, ceci expliquant sans doute celà, a massacré sa robe préférée Vanessa Bruno, en soie noire, grâce à son fer à repasser. Le curseur sur lin. La robe en soie. Et Galliane hors de soi, cela va de soi.

Alors, de Bernadette Chirac à Bernadette Soubirous, en passant par la femme de Jean-Marie Bigard qui s'est fait plaquer cette semaine c'est dans Voici, on comprendra céans que je ne vais pas vous présenter le dernier spot fashion de Boulogne-Billancourt, ni vous chanter les louanges d'une créatrice trop sympa et trop belle et qui sent trop bon. Non, la tendance lourde de la rentrée, c'est le noir. Black is back, sur les podiums, dans les vitrines, et ma robe défunte itou. Je broie du noir, que dis-je, je crame du noir, donc, aujourd'hui, j'aime pas, na. J'aime pas ma créatrice de chaussures favorite, la mal nommée Chie Mihara, qui nous a sorti cet hiver une collection des plus... importables.

 

chiemoche.jpg
chiemoche2.jpg
Chie Mihara, collection automne-hiver 2010

Par égard pour cette artiste égarée, je n'en montrerai pas plus. Des images insoutenables (et si les bataillons anti-fourrure pouvaient m'oublier, sur ce coup-là, ce serait au poil). Chie, si je puis me permettre de t'appeler ainsi, il est de mon devoir , en tant qu'amie-fan-acheteuse de longue date, de te remettre dans le droit chemin. Il m'arrive peut-être, un après-midi Vaporetto, de tourner de l'oeil quand je repasse la robe de ma vie-noire-Vanessa-Bruno-en-soie-collection 2008-donc introuvable-maman je pleure. Mais le reste du temps, je sais garder l'oeil ouvert. Et le bon.

09 juin 2008

"Paris de loin" (Poney Express)

Où on prend de la hauteur sur les débats

Si vous fréquentez les mêmes magasins que moi, lisez les mêmes journaux que moi, chantez le dernier titre des Ting Tings comme moi (ça, c'était pour le placer, ruez-vous sur leur album), déjà, vous avez bon goût. Ah ah, elle est bien bonne. Vous avez bon goût, et vous vous êtes surtout rendu compte, en essayant votre potentielle 3e paire de spartiates - ouais mais couleur bronze, darling, ça va avec tout, j't'assure, j'en avais pas - que la chaussure était devenue une valeur montante. Faut qu'ça enserre la cheville, faut qu'ça griffe l'osselet, faut qu'ça fasse l'amour à l'objectif, bref, les lanières grimpent dès que les températures montent. Moi, ça me va, j'ai toujours voulu être bridée. A ce propos, je me rappelle lors d'une opération esthétique bénigne d'un kyste sur le visage avoir glissé au chirurgien qu'il pouvait m'étirer un peu les paupières pour le même prix, que ça me ferait plaisir. Lui, il avait pas l'air très débridé.

Donc, vous ne trouverez plus rien de bas chez moi. Collet monté, Galliane, à regarder de la chaussure grimpante comme une belle plante :

1854767549.jpg
Azzedine Alaïa jacta est, matez-moi cette divinité romaine. On est d'accord? On est d'accord.
245414285.jpg
Follement Balenciaga, n'est-ce pas ? Follement d'accord, vous et moi, décidément.
Tartane%20Vernis_2.jpg
Ca c'est, pour mettre de la couleur, du rose poudre chez K Jacques.

Et puis la chaussure montante, ça va avec tout, c'est pas contrariant. Ca élance les petites, ça habille les robes, ça démémérise les shorts. Puis les baskets, elles se portent montantes. Puis les escalators, on les monte, comme les chevaux et les manèges. Puis la montée, c'est toujours positif, montée au ciel, alors que descente aux enfers. Là, normalement, j'ai fait le tour de tous les arguments les plus bas de gamme pour vous convaincre haut la main. Après la théorie, l'exemple : 

223871478.2.JPG
Mes jambes immortadelisées dans du Givenchy
1949535396.JPG
Sandales montantes en daim Topshop
029.JPG
Sandales montantes Chie Mihara

Je ne suis pas du genre à vous monter la tête, vous me connaissez. Alors, vous porterez de la mule, de la tropézienne, de la fine tong même si vous y tenez, ça ne changera pas ma vie. Mais la sandale montante, sur bas mi-coton, mi ségolaine, je l'ai là, chevillée au corps.