Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 octobre 2010

"I need a dollar" (Aloe Blacc)

Où vous reprendrez bien un petit coup de rouge

Un beau jour, ou peut-être une nuit, sur mon sofa, je m'étais avachie. A la télé, une émission de débat sans grand intérêt, avec un thème fort et porteur du type "la presse people est-elle un mal nécessaire?". Si vous attendez de moi une réponse, passez votre chemin du matin, parce que ce jour-là, je n'écoutais pas. J'étais tout bonnement happée par la tenue de l'intervenante : une simple chemise blanche avec un gros cardigan rouge. Jingle Bells, mes yeux en reniaient leurs prunelles, j'en suis devenue albinos tellement je me suis dit que c'était classe. Et depuis ce beau jour, ou peut-être cette nuit, dans mon viseur, c'est l'alerte rouge.

terryrouge.jpg

Gilet Mango, campagne Terry Richardson

zararouge.jpg

Gilet Zara

giletrougevirines.jpg

Gilet Laurence Doligé (Vitrines Parisiennes)

giler.jpg

Gilet American Vintage

En attendant que la version longue de ce dernier substitute n'atterrisse allegro colissimo dans ma boîte aux lettres, j'ai décidé de jouer au rouge-gorge.

19102010583.jpg

Robe Zara, ceinture School Rag, veste Maje, snood rouge Monoprix

19102010585.jpg

Ne manquerait plus à cette tenue qu'un petit sac pour finir le colorama. Nous en reparlerons tantôt. Quand les poules n'auront pas de dents, qu'il n'y aura plus d'essence à la pompe, que les Vélib' seront volés et que Jean-Luc Mélenchon aura eu la peau de Pujadas, bref, Armaggeddon.  Petit indice (pour le sac) : I'll be back.

22 avril 2010

"Madame rêve" (Alain Bashung)

Où on se trouve vite un prétexte pour aller faire les courses ... seule

Non, Madame ne rêve pas, non. Madame touche, madame essaye, madame palpe, et madame est obligée d'en convenir : chez Monoprix, Madame à Paris a tout compris. Vous m'avez suivie, mesdemoiselles ? La collection capsule de la jeune marque parisienne pour notre enseigne bobo préférée, mise en rayon ce mercredi (enfin, mardi soir pour les plus malignes) (type moi), est une vraie jolie surprise de printemps.

Madame-paris-monop-580.jpg

La logique des choses, du monde, de la mode, veut qu'on se cherche une robe pour une grande occasion. Moi, j'en suis venue, ces derniers temps, à me chercher une occasion pour acheter une grande robe. Dans ma petite cabine en contreplaqué bouleau, c'est exactement ce qu'il s'est passé. "La réunion de la rédaction jeudi". (Non, risque de renversage de café) "Ma prochaine virée dans le Marais" (l'hiver prochain, dans le meilleur des cas, depuis que j'habite B&B...) "Le mariage de Géraldine cet été". BINGO. J'avais l'occasion, ne manquait plus que j'annonce la couleur.

Photo0025.jpg

Beige ?

Photo0030.jpg

Rouge ?

Après rapide sondage auprès de la vendeuse-caissière (qui m'a bien rappelé de tout remettre en rayon après mon heure passée en cellulle) et des deux clientes du rayon sous-vêtements, ce brainstorming a conclu que la beige serait plus facile à accessoiriser. Avec quelques rayons de soleil, on est d'accord, parce que sur ma peau Efferalgan, l'effet boeuf n'est pas garanti. Et avec le boléro Bel Air en cuir tant désiré, enfin acquis.

013.JPG

Puis le pois a été tellement lourd à porter que j'ai embarqué la jupe assortie, histoire de faire doublon. Alors les filles, si vous passez acheter du vin blanc, des petits pois ou du jambon de Parme, un seul conseil : on croque-Madame !

07 avril 2009

"Show me what I'm looking for" (Carolina Liar)

Où j'aimerais avancer le calendrier de 8 jours, là, maintenant, tout de suite, pampulilu pouvoirs magiques

Je ne sais pas ce que je ferai tout à l'heure, thé ou chocolat. Je ne sais pas ce que je ferai demain, avec ou sans talons. Je ne sais pas ce que je répondrai quand la Chine téléphonera, je ne sais pas si les oeufs tourneront moins ronds quand les poules auront des dents, mais le 15 avril, je serai là :

monop.jpg

Et je n'irai pas y chercher ces mezze lune divines à la mozzarella, ni ces smoothies aux fruits rouges qu'il y en a déjà plus le samedi à 16h. Non. J'irai uniquement pour ça :

 

trencheroto.jpg

Trench Erotokritos

Avec mon créateur chypriote, on s'est installé dans un "je t'aime moi non plus" permanent et une fois encore, je lui en veux. Le reste de sa collaboration avec Monoprix, je préfère ne pas en parler, même ne rien montrer. Mais ce trench mastic sauve tout, peut-être parce qu'il était issu de sa collection Eros de l'été dernier, qu'il était trop cher pour moi, et que je me dis qu'à un monoprix, on pourrait devenir amis. Le 15 avril, qu'il vente, qu'il neige, qu'il soleille, je sais ce que je ferai. Et si la Chine appelle, elle est gentille, elle laisse un message.

13:07 Publié dans Mustave | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : erotokritos, monoprix