Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 décembre 2009

"Black & Brown" (Xzibit)

Où je ne broie pas du noir, ni ne casse des noisettes, contrairement aux apparences

Chose promise, chose dûe. Après la journée de la jupe, la semaine de la robe. Mieux qu'une promesse électorale de Nicolas Sarkozy, mieux que cette bague Dinh Van que vous attendez comme le petit Lucas guette le Père Noël, la deuxième petite robe noire de la semaine. Relevée il est vrai, cette fois-ci, de tons de bon ton taupe et noisette (châtaigne, allons-y gaiement, c'est de saison). Vous notez le gilet camel Werther's Original (ma Boulogne-Billancourt's touch).

017.JPG

Robe Isabel Marant (une autre), gilet Sandro, sac Malababa

018.JPG

L'occasion de vous présenter aussi ma dernière perle Malababa, la copie en plus grand du sac de la jolie Flore d'Eple & Melk (normal, elle mesure 1m60. Je mesure 1m80, j'ai un sac deux fois plus grand. CQFD) Un vieux modèle en cuir chair dont le gros bouton rétro me ravit, et qui me donne aussi l'envie d'évoquer les dernières créations de notre amie espagnole Ana :

pochette2malababa.jpg
pomalalabab.jpg
pochettemalababa.jpg

Oui, c'est beau, j'ai deux yeux comme vous. Oui, l'e-shop n'est toujours pas ouvert, j'ai deux yeux comme vous. (Pour pleurer). L'heure espagnole n'est pas un mythe, on en a la preuve. Rabattez-vous alors, ingrates, sur ce petit modèle poudré foutrement sympathique sur les vitrines parisiennes (à -20%, soit dit en passant) :

malababataupe.jpg

(Oui, les mitaines aussi sont top, mais impossible de trouver la marque). Beau sac, sac à croquer, mais je n'ai craqué. Je vous l'ai confié il y a peu : mon coeur point ne balance, Balenciaga a remporté la (dernière?) danse.

26 octobre 2009

"On my shoulders" (The Do)

Où "une nuit sur mon épaule", bientôt, ce ne sera plus possible

Passons en revue les tendances de l'hiver, si vous le voulez bien. Crayons HB, petites cases à cocher, façon test d'été Biba, les questions cons en moins. Les sequins ? C'est bon. La veste officier ? Et oui, et même en cuir, parce qu'un officier il a la peau dure (vous notez ma logique sans faille au moment de justifier un blouson à plus de 200 boules). Les cuissardes ? Euh, non, définitivement pas. Les épaulettes ? Ahhhh, les épaulettes. Dilemme. C'est là que je voulais en venir, je ne vais pas vous la faire. Et c'est aussi là que je place ma petite référence à Tata Yoyo, hop, ni vu ni connu : "J'voudrais bien... Oin Oin Oin... Mais j'peux point ... Oin Oin Oin" (Annie Cordy, La Bonne du Curé). Sérieusement, ladies, on gère comment le renforcement d'épaules quand on mesure 1m80 et, qu'accessoirement, on ne veut pas ressembler à Alain Bernard en combinaison non homologuée ?

018.JPG

Top Sandro nouvelle collection, jupe Sandro en soie sauvage dénichée sur Ebay

Parce que je ne m'avoue jamais battue, et parce que je pense être de taille à relever le défi, j'ai commencé petit, avec ce top à ma carrure qui m'a permis de contrecarrer le problème. Mais c'est comme pour tout : on me donne ça, je veux ça² et en plus l'écharpe de Philippe. En cachemire afghan. Donc, me voilà à lorgner sur des pièces plus audacieuses :

epaulettes1.jpg

Collection automne-hiver 2010 Athé de Vanessa Bruno

epaulettes2.jpg

Collection Vanessa Bruno

epaulettes3.jpg

Collection automne-hiver 2009-2010 Isabel Marant (photos Madame Figaro)

epaulettes4.jpg

Idem !

Alors, à vous, mes chères modeuses modèles, dites-moi tout sur les coussinets de clavicule. La pièce absolue, le "petit prix maxi envie", le ras-le-bol ou ras-le-cou ? Je suis un peu perdue, là. Epaulez-moi !

02 août 2009

"This modern love" (Bloc Party)

Où Souviens-toi l'été dernier, le retour

Quand j'étais petite, disons moyennement grande, que je mâchonnais mon stylo plume Creeks en dessinant des coeurs sur mon cahier de textes, mon professeur d'histoire-géo me répétait que ma génération serait amenée à changer de métier plusieurs fois au cours de sa vie professionnelle. Treize ans et quatre paires de bottes Isabel Marant plus tard, il me faut me rendre à l'évidence : Monsieur Chaput s'est trompé. C'est moche, monsieur Chaput, vraiment. Mais il ne s'est pas trompé de beaucoup, le beau bougre. Je n'écris plus au stylo plume Creeks, les coeurs, je les brise et je les enflamme, et les métiers, je ne les enchaîne pas. Non, moi j'enchaîne les appartements, chacun son truc, Monsieur Chaput. Pas Française moyenne un brin, pas petite Française non plus, juste une grande pro du rouleau de scotch et de l'état des lieux. Je vous le fais vite, d'ailleurs : en six ans sur Paris, six appartements. (Clap clap de la foule ébaubie par mes beaux bobards). Dans mon entrée, donc, des cartons vides, prêts à l'emploi, pour m'emmener dans leur pliage vers l'Homme de ma vie. Comme à la même époque l'an dernier, pile poil, mon horloge géopaslogique tourne bien rond. Ma vie, jusqu'au 30 août, c'est donc du marron kraft, du carton pâte, du beige mou, et ça a même déteint sur mes habits.

004.JPG

Top Eple & Melk, jupe Maje, sac Malababa

Il n'y a pas que moi qui déménage d'ailleurs. Il y a cette bien jolie Fleur qu'est Flore, la créatrice d'Eple & Melk, qui ouvrira boutique en septembre rue Charlot, hip hip hourra. D'ici là, on enrubanne, on enveloppe, on papillonne, on cartonne. Et surtout, à mon blog, on reste bien scotchées.