Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 octobre 2009

"Ice on the wing" (Nada Surf)

Où "Envole-moi", ça veut vraiment dire quelque chose (pas comme chez Jean-Jacques Goldman)

Valentine Gauthier m'a donné des ailes un samedi après-midi, comme ça. Sans le savoir, car Valentine, fille de l'air, c'est tout un art, avait mis les voiles de sa boutique le jour de sa vente privée. Alors, c'est sans elle, mais avec d'autres ailes aux épaules, que j'ai découvert sa collection automne-hiver 2009. Une collection nette, précise, sans bavure, inspirée des Vikings, belle à en porter du casque à corne et à boire dans des crânes. C'est simple, je voulais tout.

valentine gauthier

valentine gauthier

valentine gauthier

valentine gauthier

Des couleurs poudrées, des touches givrées, des coupes "Ragnar ascendant Ivanhoé" avec des épaulettes et des clous, de la laine volantée en tunique, du cuir féminin, des ceintures imposantes et souples ... Ma petite sélection parmi sa vraiment grande collection :

val3.jpg
val4.jpg
val5.jpg
val6.jpg

Un parcours sans faute, d'autant que la Marseillaise (deux "l" dans le nom, ceci explique sans doute cela) culmine quasiment à ma hauteur, et propose donc des robes courtes pour les grandes comme moi. Un vrai bonheur, qui provoquera sûrement la faillite de plusieurs créateurs de leggings, treggings, yoggings et autres guignolades :

016.JPG

Et puis, elle est drôle, encore ce "l", la Valentine, le mot de passe pour sa braderie c'était "Baleine". C'est bien simple, ma grande, à la prochaine vente privée, j'enbotte mes fourrées, j'entête mon casque corné et je dévalise tout. Baleine bleue, Drakkar noir, ma chère, on va bientôt se (re)voir.

Valentine Gauthier
58, rue Charlot, 75003 Paris
Ouvert du lundi au samedi

13 mai 2009

"I touch myself" (Blondie)

Où vous allez me tirer votre chapeau bien bas

Pour ne pas attraper un coup d'soleil, voire un coup d'amour un coup d'je t'aime (Richard Cocciante, 1979), il m'était venu à l'esprit de me procurer, tantôt, un joli chapeau. L'histoire commence comme une fable, oyez oyez mesdames, et elle continue comme telle, évidemment, puisqu'elle se complique. A force de feuilleter de la presse féminine pour aérogares, j'avais cru déceler mon bonheur avec cette jolie sélection qui mixait du borsalino Maje, du Paul & Joe mais surtout, du Valentine Gauthier tout de cuir pomponné :

019.JPG
Sélection Biba

Il me fallait, aussi, trouver mon bonheur pour arrêter d'emprunter le modèle H&M de l'Amoureux, un sacrément gros bonnet en matière de chapeaux. Alors, en passant par ma boutique Comptoir des Cotonniers du coin, je suis tombée en pamoison devant Dhriti :

panama1.jpg
panama2.jpg
Photos Comptoir des Cotonniers

Aussitôt vu, aussitôt essayé. Enfin, essayé... Je me suis vite rendue à l'évidence : destroy et d'étroit, le Panama. Impossible de l'enfoncer sur ma tignasse brune, et que je tire à droite, et que je rabats devant, et que la vendeuse s'inquiète discrètement derrière son comptoir "Elle va me le déformer, cette gourdasse". Non sans déception, et tant pis pour l'Amoureux, j'ai dû le reposer hors de ma vue, turlututu (chapeau pointu). Alors, certaines me l'ont fait remarquer sur le dernier post, et je m'incline, telle Valérie Damidot devant un abat-jour Ikea : c'est vrai, les filles. J'ai franchement la grosse tête.