Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 novembre 2016

"Make god choices" (Sean Nelson)

Où il est temps de penser au Barbu

Vu que la météo a jeté un grand froid sur nos vies cette semaine, entrons de plein pied dans la période de l'Avent en réfléchissant aux réjouissances de Noël. Plus particulièrement aux cadeaux, qu'on peut déjà commencer à faire en profitant des ventes privées Smallable qui ont lieu jusqu'au 9 novembre. Bon, il y a pour les petites filles et aussi leurs mamans, d'où la variété de ma sélection coup de coeur ! Mention spéciale aux baskets Veja et à la collection Les Coyotes de Paris. 

PicMonkey Collage.jpg
Les Coyotes de Paris - Echarpe Becksondergaard - 
Pochette Swildens - Banc Leçon de choses -
Baskets Veja - Fauteuil Sentou
Robe Bonnet à pompons

03 novembre 2016

"One and only" (Adele)

Où je vais vous montrer la lumière

EDIT : une bonne surprise, un petit code GALLIANE20 qui vous donne 20% de réduction sur leur eshop ;-) (jusqu'au 4 décembre) 

Mon histoire de la semaine est une histoire d'amour. Une qu'on ne lit pas dans les livres, pas encore tout du moins, seulement sur un blog de grande fille modèle romantique et déco-addict. Prenez un garçon, amoureux et doué de ses dix doigts, qui cherche un jour le moyen de réaliser un cadeau d'exception à sa belle. Ajoutez un atelier, un peu de bois et de métal, enfin une idée lumineuse, vous aurez Lampari. La délicatesse et l'élégance de cette lampe, ci-dessous, sont nées comme ça, sur un établi marseillais. Celles de ses petites soeurs aussi, d'ailleurs, car Julien Mauviel, son créateur (associé à Julien Babin), les réalise lui-même à la main. Une par une, la blanche comme la rose, la menthe comme la noire. Du design fait main et qu'on peut facilement faire sien, voilà un projet qu'il est franchement bien. lampariouv.jpg

Lamparisecondplan.jpg

Lamparilarge.jpg

Lampe Lampari modèle Rhoda (disponible ici),
coussins Héritage Studio & Trendy Little, chevet Cyrillus

Lamparigrosplan2.jpg

Alors, je me suis prise par la souris et j'ai posé quelques questions à Julien Babin, l'entrepreneur qui a accompagné l'amoureux, vu que l'histoire d'amour est promise à une destinée grand public. 

- "Si j'ai bien compris, au commencement du commencement de Lampari, il y a une histoire d'amour et une envie de faire plaisir à l'être aimé ? 
 
Tout à fait ! Julien (Mauviel) a dessiné et créé ce qui serait finalement un prototype dans le studio de répétition de son groupe de musique marseillais. Il a recyclé quelques accessoires et cables à disposition. Marion, son amie, fut ravie de l'attention. Julien ne s'attendait par contre pas à l'engouement de ses amis pour cette lampe qui décorait le séjour. Il commença a en fabriquer quelques unes, à la demande. Il se dit qu'il tenait quelque chose et créa Lampari. Je le rejoins peu après. Client de la première heure, j'y voyais un diamant brut : je me suis dit que je pourrais lui apporter un soutien sur les aspects hors fabrication. Nous avons fait pas mal de R&D, avec notre humble expérience. Si la lampe n'a que peu évolué coté design depuis le prototype, nous avons revu l'ensemble des matériaux, systèmes d'assemblage, électricité, peinture pour avoir un produit très robuste et de grande qualité. Il y a eu beaucoup d'essais, quelques échecs et déconvenues, pour finalement aboutir à un produit répondant à toutes nos attentes. 100% français ! Nous y tenions, même si économiquement, ce n'est pas nécessairement le choix le plus évident. Et depuis, on développe l'entreprise à notre rythme. Deux autres produits ont vu le jour, le réseau de distribution se densifie en France comme à l'étranger, nous participons à des salons, beaucoup de belle presse... Une vraie aventure humaine, à taille humaine, soutenue d'ailleurs par nos amies, grandes amatrices de déco !

lamparimontage.jpg

- Est-ce-que l'ambition de réaliser chaque lampe à la main sera tenable ? 
C'est une très bonne question, et c'est la première fois qu'on nous la pose :) On tient énormément à l'aspect artisanal de notre activité. C'est aussi ça qui nous donne du plaisir au quotidien. Alors il nous a fallu trouver le bon équilibre entre volume et respect de ces valeurs. Nous avons organisé notre petit atelier pour optimiser le temps de réalisation sans impacter la qualité, bien au contraire (peut-on parler de taylorisme artisanal? :) Oui, il est possible de produire de la série limitée (les lampes sont numérotées) et trouver un équilibre économique. La société est en croissance, et on espère atteindre cet équilibre courant 2017. 
 
- Où puisez-vous votre inspiration ? 
La musique est à l'origine de la toute première lampe. Julien l'a réalisée dans son studio de repet'. On a tous les deux baigné dans l'univers musical pendant plusieurs années, écumé les scènes avec nos groupes. Nous ne nous connaissions pas à l'époque, et la musique est un lien évident dans cette aventure. Et puis on échange beaucoup. A titre d'exemple, la petite Rhoda TBS, dérivée de sa grande soeur TBL, est née d'un croquis dessiné à la va-vite dans le train entre Paris et Marseille. Je l'ai soumis à Julien, qui a matérialisé l'esquisse la semaine suivante. Ce prototype est devenu notre best seller, décliné en 9 coloris aujourd'hui. 

lampari

- Quelles sont vos envies de développement ? 
On s'est longtemps attaché au produit, on le voulait parfait. On passe un peu plus de temps aujourd'hui sur le développement du réseau de distribution et le marketing. Le dernier salon Maison & Objet a été un tremplin : des distributeurs proposent maintenant Lampari dans différents pays du monde, du Vietnam au Kazakhstan ! C'est pour nous une belle récompense. 

lampariplanmoyen.jpg

- Pouvez-nous donner quelques bonnes adresses design à Marseille ? 
Il y a des endroits design qu'on aime bien pour prendre un verre déjeuner ou diner, comme le Court Circuit sur le cours Julien ou Zinc Zinc aux Docks. Il y a une vraie richesse design avec ses magasins, comme l'atelier 159, Charivari, Wooden Gallery. Et enfin, l'architecture très diverse de la ville est une source d'inspiration pour beaucoup. A commencer par le miroir ombrière et le Mucem sur le Vieux Port. 

La liste des revendeurs ici ;-) 

18 octobre 2016

"Under the rug" (The View)

Où je ne perds pas les boules 

Petit à petit, la grande fille fait son nid. Rien de tel, pour le rendre douillet, que de jolis tapis moelleux, dont je vous présente le dernier arrivé. Un petit modèle à boules ronds, arrivé tout droit du Népal, venu accueillir notre rocking-chair. Trouvé chez Sukhi, une enseigne qui propose des tapis faits mains direct from l'artisan, sans intermédiaire, et garantissant des conditions de travail respectueuses dans les différents ateliers. Et il y en a partout, de l'atelier, du Népal à l'Inde, en passant par le Maroc et la Turquie. Le petit plus ? On peut personnaliser son modèle. 

SUKHIOUV.jpg

SUKHI6.jpg

sukhigrosplan.jpg

SUKHI4.jpg

sukhi,tapis beni ouarain,tapis en boules de laine,tapis scandinaves,tapis du népal

J'en profite pour vous poster deux de mes modèles favoris  : 

170cm-240cm-alfombras-hechas-a-mano-india-de-lana.jpg

Un tapis en boules de feutre

modèle-de-tapis-berbère-propre.jpg

(Oh le joli tapis Beni Ouarain)

Dernier point : il y a une vidéo que je vous conseille de regarder sur l'atelier au Népal. On y apprend que les "tapissières", qui peuvent travailler de chez elles, gagnent deux à trois fois le salaire moyen du pays, ce qui leur permet de scolariser leurs enfants. On peut même envoyer un message de remerciement à celle qui a eu la patience de confectionner notre nouveau compagnon. Je vous laisse, je vais donc écrire à Sunu, ma bonne fée du salon.