Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 novembre 2016

"One and only" (Adele)

Où je vais vous montrer la lumière

EDIT : une bonne surprise, un petit code GALLIANE20 qui vous donne 20% de réduction sur leur eshop ;-) (jusqu'au 4 décembre) 

Mon histoire de la semaine est une histoire d'amour. Une qu'on ne lit pas dans les livres, pas encore tout du moins, seulement sur un blog de grande fille modèle romantique et déco-addict. Prenez un garçon, amoureux et doué de ses dix doigts, qui cherche un jour le moyen de réaliser un cadeau d'exception à sa belle. Ajoutez un atelier, un peu de bois et de métal, enfin une idée lumineuse, vous aurez Lampari. La délicatesse et l'élégance de cette lampe, ci-dessous, sont nées comme ça, sur un établi marseillais. Celles de ses petites soeurs aussi, d'ailleurs, car Julien Mauviel, son créateur (associé à Julien Babin), les réalise lui-même à la main. Une par une, la blanche comme la rose, la menthe comme la noire. Du design fait main et qu'on peut facilement faire sien, voilà un projet qu'il est franchement bien. lampariouv.jpg

Lamparisecondplan.jpg

Lamparilarge.jpg

Lampe Lampari modèle Rhoda (disponible ici),
coussins Héritage Studio & Trendy Little, chevet Cyrillus

Lamparigrosplan2.jpg

Alors, je me suis prise par la souris et j'ai posé quelques questions à Julien Babin, l'entrepreneur qui a accompagné l'amoureux, vu que l'histoire d'amour est promise à une destinée grand public. 

- "Si j'ai bien compris, au commencement du commencement de Lampari, il y a une histoire d'amour et une envie de faire plaisir à l'être aimé ? 
 
Tout à fait ! Julien (Mauviel) a dessiné et créé ce qui serait finalement un prototype dans le studio de répétition de son groupe de musique marseillais. Il a recyclé quelques accessoires et cables à disposition. Marion, son amie, fut ravie de l'attention. Julien ne s'attendait par contre pas à l'engouement de ses amis pour cette lampe qui décorait le séjour. Il commença a en fabriquer quelques unes, à la demande. Il se dit qu'il tenait quelque chose et créa Lampari. Je le rejoins peu après. Client de la première heure, j'y voyais un diamant brut : je me suis dit que je pourrais lui apporter un soutien sur les aspects hors fabrication. Nous avons fait pas mal de R&D, avec notre humble expérience. Si la lampe n'a que peu évolué coté design depuis le prototype, nous avons revu l'ensemble des matériaux, systèmes d'assemblage, électricité, peinture pour avoir un produit très robuste et de grande qualité. Il y a eu beaucoup d'essais, quelques échecs et déconvenues, pour finalement aboutir à un produit répondant à toutes nos attentes. 100% français ! Nous y tenions, même si économiquement, ce n'est pas nécessairement le choix le plus évident. Et depuis, on développe l'entreprise à notre rythme. Deux autres produits ont vu le jour, le réseau de distribution se densifie en France comme à l'étranger, nous participons à des salons, beaucoup de belle presse... Une vraie aventure humaine, à taille humaine, soutenue d'ailleurs par nos amies, grandes amatrices de déco !

lamparimontage.jpg

- Est-ce-que l'ambition de réaliser chaque lampe à la main sera tenable ? 
C'est une très bonne question, et c'est la première fois qu'on nous la pose :) On tient énormément à l'aspect artisanal de notre activité. C'est aussi ça qui nous donne du plaisir au quotidien. Alors il nous a fallu trouver le bon équilibre entre volume et respect de ces valeurs. Nous avons organisé notre petit atelier pour optimiser le temps de réalisation sans impacter la qualité, bien au contraire (peut-on parler de taylorisme artisanal? :) Oui, il est possible de produire de la série limitée (les lampes sont numérotées) et trouver un équilibre économique. La société est en croissance, et on espère atteindre cet équilibre courant 2017. 
 
- Où puisez-vous votre inspiration ? 
La musique est à l'origine de la toute première lampe. Julien l'a réalisée dans son studio de repet'. On a tous les deux baigné dans l'univers musical pendant plusieurs années, écumé les scènes avec nos groupes. Nous ne nous connaissions pas à l'époque, et la musique est un lien évident dans cette aventure. Et puis on échange beaucoup. A titre d'exemple, la petite Rhoda TBS, dérivée de sa grande soeur TBL, est née d'un croquis dessiné à la va-vite dans le train entre Paris et Marseille. Je l'ai soumis à Julien, qui a matérialisé l'esquisse la semaine suivante. Ce prototype est devenu notre best seller, décliné en 9 coloris aujourd'hui. 

lampari

- Quelles sont vos envies de développement ? 
On s'est longtemps attaché au produit, on le voulait parfait. On passe un peu plus de temps aujourd'hui sur le développement du réseau de distribution et le marketing. Le dernier salon Maison & Objet a été un tremplin : des distributeurs proposent maintenant Lampari dans différents pays du monde, du Vietnam au Kazakhstan ! C'est pour nous une belle récompense. 

lampariplanmoyen.jpg

- Pouvez-nous donner quelques bonnes adresses design à Marseille ? 
Il y a des endroits design qu'on aime bien pour prendre un verre déjeuner ou diner, comme le Court Circuit sur le cours Julien ou Zinc Zinc aux Docks. Il y a une vraie richesse design avec ses magasins, comme l'atelier 159, Charivari, Wooden Gallery. Et enfin, l'architecture très diverse de la ville est une source d'inspiration pour beaucoup. A commencer par le miroir ombrière et le Mucem sur le Vieux Port. 

La liste des revendeurs ici ;-) 

20 avril 2016

"Just like a child" (James Morrisson)

Où la relève est assurée

Le prénom, sans doute. Le prénom sûrement. En la baptisant ainsi, il ne fallait guère se faire de films : cette petite allait nous faire son cinéma. Trois ans plus tard, je confirme. Un vrai festival. Des saynètes à tout bout de champ, des "pestacles" qui nécessitent un public attentif, des chants mi-lyriques mi-inventés. Rendons franchement un césar à notre Rosalie, qui a accepté ce week-end de jouer les mannequins pour vous faire découvrir Cécotine. Une bien jolie marque française de hauts pour nos bambins, mixant des tissus adorables à une façon irréprochable, et proposant de nouveaux modèles chaque mois. A la barre, un tandem de femmes, Caroline et Alice, qui imaginent pas à pas ce doux univers rétro-chic. 

cecotine1.jpg

cecotine2.jpg

Je n'ai guère hésité pour notre premier test avec la girouettes : vu le petit clown qu'elle incarne au fil de jours, la blouse Arlequin s'imposait d'elle-même. 

cecotine4.jpg

cecotinebonus.jpg

cecotine5.jpg

Il y en a pour tous les goûts, fille et garçon. Du joli coton, de la jolie façon made in France, et une vraie démarche pleine de douceur et de bon goût. Une jeune marque à suivre, et même sur Instagram ... (Suivez mon regard, du concours vous y attend ! )

19 février 2016

"The book" (Sheryl Crow)

Où la mère Goriot vous salue bien

La mode de chez eux est littéraire. Quand on s'appelle Balzac Paris, forcément, on prend le style au pied de la lettre : une attitude plus qu'une tendance. Alors, de jolies matières, de la belle coupe, une certaine intemporalité dans l'élégance. Comme cette veste, baptisée Hector, chaude et confortable à la fois. Comme les chaussures Simone, complètement adaptées à la femme moderne qui se démultiplie du métro au dodo.  

profilouv.jpg

balzacouv.jpg

 

balzacgrosplan.jpg

jolievestebalzac.jpg

balzacetiquette.jpg

 Mon autre coup de coeur : la chemise Ulysse, qui se tient particulièrement bien à carreaux, moi je trouve. 

balzac paris

Une jeune et jolie marque à suivre, donc, qui nous promet de belles surprises pour les mois à venir : des maillots, des baskets, bref, hâte de voir ce que Chrysoline et sa team nous réservent. Balzac Paris, tout rétro que soit son "grand" nom, a je l'espère un chouette avenir. 

21 juillet 2015

"Dentelle" (Les Innocents)

Comme une petite envie de faire dans la dentelle, ces derniers temps. La faute à une demoiselle croisée sur Instagram, une jolie fée blonde toute en finesse, une qui vous rend belle le jour de votre mariage et qui s'est dit que les 364 autres jours de l'année, ce serait bien qu'on soit jolies aussi. Eponym Creation, c'est une pièce proposée chaque mois en petite quantité. C'est beaucoup de blanc, beaucoup de noir, des coupes originales et quelques grammes de dentelle. Allez, j'arrête de broder, rien de tel qu'un petit aperçu sous toutes les coutures. 

meleponymouv.jpg

meleponym2.jpg

meleponym3.jpg

meleponym6.jpg

L'autre point positif : des longueurs adaptées aux longues tiges, et une livraison rapide. J'ai d'ailleurs aperçu sur son compte un prototype de veste qu'elle nous réserve pour cet automne, un grand manteau doudou en gris mou. Comptez donc sur moi pour jouer les grandes filles ... Fidèles. 

02 juin 2015

"Close to me" (The Cure)

Où Instagram, c'est du lourd 

Il n'y a pas que des pivoines et des intérieurs parfaits en noir et blanc sur Instagram. Il y a aussi du vrai génie créatif, des filles aux doigts d'or, et pas uniquement pour sélectionner le bon filtre de photos. Des talentueuses plus que des exposeuses (ou des ex-poseuses, dans mon cas), des entrepreneuses, des bosseuses. Bref, Instagram offre de jolies découvertes qui me détournent de plus en plus des sentiers balisés de nos grands magasins, direction le fait main ou le pensé malin. Ma tenue du jour ? Pas moins que trois découvertes sur le réseau : la blouse signée Mademoiselle D, le sac de l'Atelier 13 et le sautoir de Natalia Henrik. Plus que de simples coups de coeur, des prises d'affection pour ces anonymes de la confection. 

dianeto1.jpg

dianetogrosplan.jpg

dianetoencore.jpg

dianetogrosplanbis.jpg

l'atelier 13,mademoiselle d,natalia henrik

On commence par la blouse ? Ma cinquième acquisition chez Diane (deux robes, deux blouses jusque-là) que j'ai détournée avec bonheur en gilet. Le sac ? Call me dandy. Une tuerie bien pratique (grand et zippé !) qui va s'assouplir tout du long pour devenir aussi chamallow que celui de la belle Anne-Sophie, sa créatrice. Quant au sautoir, mon précieux, mon indispensable que je mets autant que je peux, et dont je désespère que la créatrice, Nathalie, se soit mise en repos pouponnage. Mais au détour d'une traque sur des eshops, j'ai mis la main sur un de ses derniers modèles sur le marché, que j'ai très très hâte de vous montrer. On se donne rendez-vous sur Instagram pour les présentations ? Promis, vous le dégusterez ... Sans filtre. 

24 février 2015

"From me to you" (The Beatles)

Où les bras vont vous en tomber 

Ses sacs, c'est tout un poème. Stéphanie Césaire a le nom pour, vous me direz. Un nom qui donne du talent, des idées, du savoir-faire. Sept ans déjà que cette ancienne des maisons Guy Laroche, Lagerfeld, Chloé, Nina Ricci, a lancé sa marque de maroquinerie. Une gamme travaillée et noble, servie par des cuirs de grande qualité et des accessoires signés de la maison Poursin. Un patronyme littéraire donc, pour de grands classiques aux lignes tantôt anglées, tantôt délicieusement arrondies. 

cesaireun.jpg

cesairegrosplan.jpg

cesaireprofil.jpg

cesairgros.jpg

cesairepied.jpg

cesairesac.jpg

montagecesaire.jpg

Ma petite sélection dans sa grande collection

La bonne nouvelle du jour, l'excellente nouvelle même, c'est que la maison Césaire vous offre son best-seller, le Trinity que je porte sur les photos. Pour le gagner, rendez-vous sur mon compte Instagram (@galliane_blog). Un petit com', un petit like, et l'affaire sera dans le (beau) sac. 

03 juin 2014

"Ma cabane au Canada" (Line Renaud)

Où c'est encore vous la star

Elle est là, la belle excuse. L'excuse en or, pardon, dorée à l'or fin, pour faire tourner votre homme en bourrique, pour n'en faire qu'à sa tête, pour le rendre fou, fou à tous les cous, et surtout le vôtre. Pendu à votre cou, bientôt, le petit "Diva" de Clémence Cabanes. Le modèle culte de la jeune créatrice parisienne, vendue dans les plus trendy coins de Paris (notamment chez Fleux), qui bichonne de ses jolies mains ces petits bijoux tout de cuir vêtus. A votre cou de jolie fille, bientôt, ce bleu électrique pas si courant que ça, non, vous ne divaguez pas. 

collier-diva-bleu-clemence-cabanes.jpg

ouvcabanes.jpg

bleubleu.jpg

clem3.jpg

clem2.jpg

Pour participer rien de plus simple : vous inscrire à la newsletter de Clémence et me dire en commentaire quel est votre modèle favori dans la nouvelle collection. Je tirerai vingt gagnantes au sort : la première repartira avec le collier Diva bleu que je porte, et les dix-neuf suivantes avec un bon de réduction de 10 euros sur l'e-boutique. Vous avez jusqu'à jeudi soir 20h00 pour jouer. Allez, ne faites pas (encore) vos stars, et laissez faire votre bonne étoile. 

20 mai 2014

"Senorita with a necklace" (Paul Simon) (CONCOURS)

Où cela ne devrait pas vous laisser de marbre

Comme si le ciel au-dessus de nos têtes me donnait des idées, cet azur éclatant, cet azur de printemps, j'ai plongé depuis peu dans les eaux turquoises. Une couleur esprit bonheur qui va avec tout, et qui réveille n'importe quelle tenue fade de "fille qui a agrippé la première chose qui sortait de son dressing". Et comme cette fille, juste ciel, c'est souvent moi, les colliers sont là pour rattraper tout ça. J'ai donc pioché chez la bien inspirée Julia Brami pour pendre le bon goût à mon cou. 

julilala.jpg

bramisuite.jpg

juliagros.jpg

julia3.jpg

juliaouv.jpg

Une petite sélection de ses jolies créations : 

brami.jpg

Et comme la fête des mères approche, la gentille Julia a proposé de vous gâter : mettez en commentaire la pièce qui vous plaît le plus sur la e-boutique (à hauteur de 60 euros maxi, hors bijoux coquillages dorés), et nous tirerons au sort la gagnante du bijou de son choix. Toute amatrice de turquoise que je sois, je ne laisserai pas dire que j'ai un coeur de pierre. Plutôt un petit coeur de mère, ravie de vous faire surfer sur sa vague.  

11 mars 2014

"It's all coming back to me now"* (Céline Dion)

Où je marche danois

Sur toute la ligne, j'ai le coeur au nord. Ma maison s'apparente à un chalet cosy perdu dans les fjords des Hauts de Seine, je nage dans le grand blanc et me couvre, sur mes poufs tricotés, de peaux de yak, mes tapis fleurent bon le njut et ma fille est blonde comme Danarys Targarien. Et maintenant, je m'habille aussi danois. A en oublier de payer mes impôts en France, cette histoire. Le Danemark, pays de coeur, pays de coup de coeur, pays de cou. Jugez-en plutôt avec ce foulard Becksondergaard à l'imprimé totalement emballant. Je crois que je pourrais en acheter 10, les coudre ensemble pour m'en faire une parure de lit. A en oublier que je ne sais pas coudre, ce drame. 

beckouv.jpg

becksite.jpg

beck2.jpg

Lire la suite

24 septembre 2013

"Perfect world" (The Gossip)

Où je ne risque pas de noircir le tableau

En quelques petits mois, Madame s'est fait - déjà - un grand nom. En quelques petits mois, son Instagram regorge de followers avides de nouvelles, sa page Facebook déborde, et le mot "sold-out" est devenu le terme le plus commun de son vocabulaire. Quand ses adeptes, elles, et moi avec elles, sont plus adeptes du "réassort". Voilà, pour faire court, le parcours sans faute de la jolie marque Sézane, portée à bout de bras et de nuits par Morgane Sézalory et son équipe. Et parce que souvent, les images parlent mieux que les mots, je vous présente sa dernière blouse Vita, récemment entrée en double dans ma penderie. Vita e bella, elle est facile, je vous l'accorde, mais comme elle me facilite la vie le matin, permettez que je ne m'en prive pas. (Comment ça, il y a des pois ? Je vous dis, vous, que votre nez est au milieu de votre figure ?)

sezouv.jpg

sez2.jpg

Lire la suite