Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 mai 2011

"Uninvited" (Alanis Morissette)

Où on fait les cartons ?

En coup de vent et en devanture, les bons plans reçus dans ma boîte email. Du carton, du code réduction, de la "fachion" et à bas les bonnes résolutions. Enfin pas pour moi, je me tiens à carreaux. Vous comprendrez pourquoi à la fin de ce post. Ou devrais-je dire, "en pied".

Vente privée 05-2011_Newsletter.jpg

invit.jpg

invit2.jpg

Vente Privee Velvetine& VVP29tct.jpg

Braderie Créateurs.jpg

yume.jpg

 La photo bonus (le pourquoi du "comment')

040520111450-pola.jpg

040520111454-pola.jpg

 Les Noyak Sessun. Sans commentaire.

PS : et la conséquence, la mise à jour du vide-dressing !

PS : Dites-moi en commentaire si cela vous a été utile, ça fait toujours plaisir.

PS : Lundi, CONCOURS !

07 mai 2010

"High speed" (Coldplay)

En coup de vent (et on n'en manque pas en ce moment)

suzie.jpg

Ou / Et / Avant / Après

eple3.jpg

Vente privée Eple & Melk ce samedi

45, rue Charlot

75003 Paris

(De -20 à 50% sur une sélection été 2010, -20% sur accessoires)

04 décembre 2009

"With a little help from my friends" (The Beatles)

Où je n'ai pas le bras long, mais je sais tendre la main

En ce moment, autant côté love, c'est exciting and new façon Isaac et Gopher sur "La Croisière s'amuse", autant niveau copines, c'est plutôt "Le Monde du Silence". Changement de ville, changement de vie, et vite on vous oublie. On ne peut pas tout avoir, le beurre, l'argent du beurre, et la bande de crémières qui va avec, me direz-vous. Moi, je n'oublie pas. Alors, quand trois nanas top de mon entourage me glissent qu'elles organisent une vente privée, je relaie l'infos à toutes les nanas top qui lisent ce blog.

privededikate.png

Christina, si tu as une robe Inès couleur encre, je passerai peut-être ...

privesusie.jpg

Laury, quand tu auras la robe grise et le gilet doux comme un agneau, tu sais qui appeler en premier

privefee.jpg

La Fée, si je travaillais pas ce dimanche à Issy-les-Moulineaux, soit une heure de métro, je serais ton hôte

Voilà, le repassage et les devoirs du petit attendront, je vous ai occupées pour samedi et dimanche. Et si chéri râle, vous direz que c'est pas de votre faute, mais de la mienne. Ca sert aussi à ça, une copine.

16 novembre 2009

"Give me one reason" (Tracy Chapman)

Où quatre raisons d'avoir perdu ma raison chez Isabel Marant (volume 1)

La saison des ventes presse est revenue, comme les feuilles mortes, se rappeler à nos souvenirs. Sur mon compte en banque, aussi, c'est l'automne, Waterloo morne plaine, le calme plat. Avant la tempête, déclenchée vendredi 6 novembre vers Bastille, chez Isabel Marant. Isabel Marant, en temps normal, c'est à dire 364 jours par an (année non bissextile), je n'y entre jamais. Jamais. Une femme faible qui ne s'ignore pas est une femme forte, croyez-moi. Le 365e jour, la forteresse se fissure en vente presse. Un tiers du prix habituel, en moyenne, des tailles, de la couleur ... Comment ça, c'est pas une raison ? Et l'exceptionnelle Karin Viard, pas bégueule pour deux sous en culotte noire à essayer ses pantalons en flanelle, c'est pas une raison? J'ai toujours aimé Isabel Marant, j'ai toujours aimé +1 Karin Viard comme comédienne, donc je suis passée à la caisse à la vente presse. Quatre pièces, et voici la première. Un ersatz du fameux boléro Goldorak tant convoité, trouvé sur un portant abandonné :

020.JPG
giletmarant1.jpg
023.JPG

Gilet Isabel Marant (bleu), tunique Zara, slim Comptoir des Cotonniers

Il me reste trois pièces à vous montrer. Mais j'ai fait exactement une heure et trois minutes de queue pour les payer, alors vous pourrez bien patienter quelques jours. Y'a plus d'saison, y'a pas d'raison mes bonnes dames.

PS : -10% sur mon vide-dressing aujourd'hui ...

15 décembre 2008

"I'll kill her" (Soko)

Où la jeune génération d'actrices françaises, mes fesses

Elle était plantée, là, deux trois pièces sous le bras. Un peu poupée perdue, les joues rosies, les jambes inexistantes dans un slim taille 32, de vieilles bottes marron boueuses aux pieds, icône grise sur le parquet brun, et la foule qui l'entoure, et les piaillements de la féminitude ambiante. La blonde C******* P. avait choisi d'affronter les soldes presse Vanessa Bruno le jour de l'ouverture, comme les autres dindes qui se trouvaient là, comme moi. Comme moi, qui poireautait sagement pour payer dans la file prévue à cet effet. C******* P. était tout au bout au bout au bout, et moi tout au début, début, début, début. Nos regards se sont croisés, j't'ai reconnu, que je lui disais mentalement, même que hier soir, t'étais sous l'eau à lutter contre Harry Potter sur TF1. J'aimerais bien être à ta place, qu'elle m'a répondu de son regard plus si éthéré, parce que j'en ai pour une bonne heure d'attente avant de payer.

La poupée perdue, d'un coup, s'est animée. Est allée trouver la vendeuse, murmurer "Vous savez, je suis C******* P.,  je suis en tournage, je n'ai pas le temps de faire la queue pour payer". Et c'est comme ça que la poupée psychédélique a grillé la politesse à une batterie de dindes, dont des femmes enceintes, des femmes qui bossent à 14h00, des femmes qui n'ont pas combattu Harry Potter sous l'eau.

Un peu plus tôt, dans la file d'attente, une certaine chanteuse qui compte 1,2,3,4 tell me that you love me more, blaguait, elle, avec des femmes fans, parlant même d'échanger un café, feistive. Moi, quand je suis arrivée à la caisse, j'avais un tout autre air en tête : "That bitch blonde girl, if I find her, I swear, I swear, I'll kill her." Même Voldemor, et même Harry Potter Winston, ils pourront rien pour elle. Comptez sur moi pour ne pas faire de poésie.

005.JPG
Total look Vanessa Bruno : jupe boule bleue marine, sweat gris, legging ardoise

30 novembre 2007

"VIP" (Philippe Katerine)

Ou le chapitre 6 de "La Vente Presse pour les Nulles", pour les moins nulles et pour celles qui passent par là et qui du coup, reviendront demain

Chapitre 6 : savoir crâner

Plus fort que les barrages de sécurité de Brégançon ère Sarko, plus prisé qu'une montée des marches le soir de la clôture du Festival de Cannes, plus venteux qu'un trekking en chapka Prada dans la banlieue de Rovaniemi, la vente presse Isabel Marant, 18e du nom, où une grande fille réussit à s'infiltrer une opening matinée de presqu'hiver. A la main, une invit' sans nom, confiée par une généreuse internaute solidaire (Gaétane, je te dédie ce livre). A ses côtés, une Angie, encore*, fossilisée sur le boulevard Philippe Auguste depuis 9h du mat'. Les filles, autour, dégainent leurs passeports pour faire foi de leur VIPitude, et je me contente d'ouvrir mon invit' pour que le vigile me laisse simplement tranquille. Sursis accepté, mais sursis momentané (*attention, attention, pléonasme*) : au moment de passer en caisse, figurez-vous qu'on vous redemande votre carton pour biper le code barre qui y figure. L'est comme ça, l'Isabel : elle fiche, elle code-barre, elle flique un peu la cliente de peur qu'elle sorte du droit shoppin'. "Tiens, c'te mademoiselle Jugnaud, elle est radine, elle achète que des tricots de peau ; Pourquoi Zoé Félix n'est-elle pas venue cette année, hein, c'est pas faute de lui prêter des robes pour ses soirées Motorola ? Et comment ça se fait que ce week-end, on ait deux passages en caisse de Lucie Bidule?" Isabel Marant, une créatrice dans l'air du temps.

Bref, à mon passage en caisse, l'a bien fallu que je me relance dans un de ces solos*² dont Francis Huster me demande des nouvelles à chaque fois qu'on Poilâne, le dimanche : "Alors, vous comprenez, il n'y a pas mon nom sur le carton car c'est celui de ma cousine, elle m'a envoyé à sa place car elle est enceinte jusqu'aux dents ... 8e mois, grossesse à risque, ça pardonne pas mais on peut rester belle en étant grosse..." Scène 1 de l'acte II, je n'ai jamais eu de cousine, la vendeuse opine et pianote mes coordonnées perso' dans le fichier. Il est 11h34 ce jeudi 22 novembre quand j'entre officiellement dans le monde des VIP.

robeaallatrobemarant1

Robe manches tulipe, 85 euros, écharpe 30 euros

jupecourte

Jupe courte en jean qu'on voit pas trop bien, 80 euros

jupeetcharpebambi

Jupe en laine bouillie mais pas cuite, 70 euros, écharpe 30 euros, et le verso du Bambi

* : voir le chapitre précédent

*² : voir le chapitre 1

* non, rien, mais on dit jamais deux sans trois

C'est moi ou il faudrait bientôt clore ce guide de la vente presse? April, May ou November, Decembeurre?

28 novembre 2007

"Si tu disais" (François Breut)

Ou comment je poursuis mon histoire d'hier par un babil d'aujourd'hui que j'insère tel un codicille suspensionné à mon chapitre 5 de La Vente presse pour les Nulles

Si je disais, les sacs, demain,  j'arrête, tu ne me croirais pas, l'internaute. Et tu aurais raison, malgré ton impudence. A mon poignet d'Achille, depuis samedi, le sac ultime (voilà pas que j'ai dit ça de Billy by Jérôme Dreyfuss la semaine passée, et je recommence, et alors, je te demande quand t'arrête de cloper? Le 1er janvier? Je suis cruelle).

Flash back : un Erotokritos petit modèle en daim gris acheté en vente presse, admiré hier. Aïe.
Nouvel élément au dossier : un Erotokritos petit modèle en cuir gris métallisé façon python en vente sur Ebay. De la nouvelle collection. Re-Aïe.
Mon plan d'urgence : quitter le premier céans pour le second. Un email, un coup de fil, il est à moi. Aïe au cube soit aïe aïe aïe.

Jusqu'à la dernière minute de la remise en mains propres de mon nouvel homme-serpent, tout se passait bien. Mais quand j'ouvre le dust-bag du sac que je viens d'acheter pour 170 euros, soit le prix de vente de mon petit daim, je n'en crois pas mes yeux.

009

Sans le savoir, merci monsieur Ebay, je n'ai pas acheté le petit modèle, j'ai acquis le grand, l'incommensurable, le 782 dollars de ShopBop:

ultimateeroto003

Aujourd'hui, l'internaute, fi du copyright, exceptionnellement, je t'autorise à buder.

Demain, mon chapitre 6 de la Vente Presse pour les Nulles : Savoir crâner

27 novembre 2007

"High hopes" (Frank Sinatra)

Ou comment je reprends le Guide "La Vente Presse pour les Nulles" là où je l'avais l'aissé, c'est à dire sur un sac Erotokritos

Chapitre 4 : Savoir renoncer

De hautes espérances, j'avais mis en cette vente presse Erotokritos. Couru par monts, couru par vaux, pour rallier à pied le Taj-Mahal, un local vers République, là où enfin, ça devait se faire, mon Chypriote et moi. Devant la porte, il y avait Angie, la fille qui pointe son carton avant même que la collection ne soit cousue et qui en plus, sait partir sans rien dépenser. En gros, celle qui n'achètera jamais mon disque livre.

A l'intérieur, des piles de chaussures dont je n'ai foutrement pas besoin (je vous l'ai dit au chapitre 29, on trie), des écharpes en lamé, des pulls trop courts, des blouses que je qualifierai de vintage tant je ne saurais dater leur ancienneté au carbone 14 et surtout, des filles qui mettent deux heures à essayer une écharpe avant de la reposer. Mes hautes espérances, je ravale aussitôt, chypriote ou pas, je ne suis pas une fille facile. Mais, parce que c'était lui, et surtout parce que c'était moi, je repars tout de même avec deux babioles :

sacerotokritosgrisrobeeroto

Sac carré Erotokritos en daim gris et robe

Il n'a pas échappé aux plus assidues d'entre vous, Camille, Daphné, Kirsten, que la première de ces pièces a été Ebayée et acquise aux enchères, lundi, par une Erotomane anonyme. "Galliane, t'es trop conne d'acheter un tel sac pour le revendre", dit l'infra-texte. "Même pas, elle répond la Galliane, j'ai fait ça pour une belle et grande raison". Vous croyiez qu'une histoire où il est question de sac et d'Erotokritos, ça doit se terminer par une piteuse enchère sur Ebay? Sans tralala, sans filles hystériques qui hurlent, sans "deus ex machina"* ? Nenni, les amies. Mais comme la Galliane est vexée que vous ayez pu le penser, la raison, elle vous la donnera demain. Bonsoir par chez vous. Kirsten, if you don't read French fluently, Galliane is buding*.

*Là, tu te sens bête de pas avoir écouté en cours de Français quand on t'entretenait de Molière. Ben je cautionne pas, donc tu vas demander à mon ami Petit Robert ce que ça veut dire.

23 novembre 2007

"Bills, Bills, Bills" (Destiny's Child)

Ou comment j'ajoute un chapitre 4 totalement pas prévu au programme sur ordre de mon éditeur Brun à ce guide de la Vente Presse pour les Nulles

Chapitre 4 : savoir renoncer

Hier matin, tandis qu'Albert Michaud reprenait son service clope de maïs au bec au volant de son Corail, dans les quartiers Est de Paris, une fille, grande, tagguait sur les murs de la vente presse dont ellle venait de sortir : "Isabel M. m'a tuer". Isabel, au bic noir qui marque pas j'écris ton nom car trop de portants, trop de jupes, trop de robes, trop de tout, ma tête, mon chèque, ma tête. Alors, pour ne pas qu'Isabel m'ait totalement eue, parce que sinon vous n'aurez plus rien à lire car j'arrêterai ce blog sur ordre de mon Brun, je lance le second volet de mon opération : "on fait de la place dans les placards pour les nouveaux arrivants". Un classique de la période des ventes presse, pendant laquelle les filles pas pressées peuvent, elles, réaliser de super affaires sur Ebay.

Donc, ouste certains de mes chéris, qu'il faut adopter de toute urgence parce que je sais que vous les aimerez à leur juste valeur. Oui, tout à fait, un mois avant l'heure, c'est un peu ambiance Le Noël des Animaux, sans la SPA et le cheveu sur la langue de Boug'-Dubourg, mais on garde l'esprit qui fait pleurer dans les showmières. Regarde-les, ces petits, comme ils sont mignons, regarde-les. 

sacerotokritosgrisblouseetvoussacbrontibay

ballerines012blouse_Sandro

Pour adopter un sac carré Erotokritos gris, tapez 1
Pour adopter une blouse manches ballon Et Vous bleu nuit, tapez 2
Pour adopter un Barbara de Brontibay, tapez 3
Pour adopter des ballerines Mellow Yellow, tapez 4
Pour adopter un sac Comptoir des Cotonniers, tapez
5
Pour adopter une blouse Sandro, tapez 6

Ne les laissez pas passer l'hiver dehors. Merci pour eux. (Mode "Michel Drucker du dimanche soir qui reçoit Enrico Macias pour vendre son disque" off)
Tant que j'y suis : pour les filles qui viennent à la vente de La Fée demain après-midi, on évite les talons aiguille? On sera bien mignonne.

22 novembre 2007

"Red alert" (Basement Jaxx)

Ou comment je poursuis mon guide "La Vente Presse pour les Nul(le)s " bientôt édité chez J'suisFashionetjemesoigne Editions.

Chapitre 2 : être vigilante

Parce que les plus belles choses ne sont pas devant vous. Non. Les plus belles choses, elles sont déjà aux bras de Camille,  sur les grosses fesses de Michèle ou autour du cou de Chloé. En vente presse, un seul mot d'ordre : la récup'.

Lieu : Boulevard de la Bastille. Cible : Jérôme Dreyfuss.
Malgré la grève, le boulot, le froid, Jérôme me voilà. Et c. Jérôme, pardon chez Jérôme, fallait que je la fasse celle-là sinon mon mentor Florence F. en aurait lâché son avion de Barbie, ben c'est la fête et y'a tout le monde. Y'a Raoul, y'a René, y'a Billy, y'a Jules y'a Louis et tous ses amis.

jd1jd2jd3jd4

Mais y'a plus de noir. Alors qu'Angie, elle m'avait dit qu'initialement, il y en avait, mais qu'une vendeuse un peu patronne avait fait irruption et caché certains modèles noirs. La méchante. J'essaie donc un ravissant René encre quand je vois une vendeuse sortir de ses cartons un énorme Billy noir et le tendre à une jeune femme. Moi, eyes sparkling, bave emerging : "Moi aussi, je le veux madame". En face, nothing : "c'était le dernier et il est vendu". Je me retourne : la dame l'essaie, il a pas l'air vendu du tout, elle hésite avec son Robert et donne du tu à la cruelle vendeuse : "T'en penses quoi, XXX?" Si elle savait ce que j'en pense, elle partirait vite en retraite à Montfleury-les 3 Chaumières. Je rôde, je bude, je fais grise mine d'essayer quand même alors que je ne veux qu'il, oh oh.  Miracle, après 5 minutes, la chanceuse rend Billy à sa copine vendeuse qui va pour le remettre dans un carton. Moi tenter la naïve esquive : "Ben il est plus vendu, là, donc je le veux bien". La vendeuse, gênée, regarde une autre vendeuse, gênée, puis la 3e, encore gênée. Silence dans la salle. Puis elle me tend le Billy modèle large, que j'adopte aussitôt après avoir chèqué. La caissière, à voix basse : "dites donc, vous avez eu drôlement de la chance, ma collègue l'avait gardé pour sa meilleure amie. Ceux-là, en général, on les met de côté parce qu'ils sont noirs et ressortent chaque saison." Nous étions vendredi 16 novembre. Sur mon calendrier, un vrai Vendredi 13.

billy1billyOK

Demain, chapitre 5 de la vente presse pour les Nulles, savoir rompre.