Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 février 2014

"Long, long, long" (The Beatles)

Où je n'en fais qu'à ma tête

Selon toute vraisemblance, je suis en train d'écrire un billet qui ne devrait pas être écrit. Une saynète qui aurait dû rester bien gentiment dans ma tête, comme beaucoup d'ailleurs, notamment quand il me prend l'envie de caser une bonne phrase de François Valéry ou Michèle Torr dans ces chroniques à la mode de chez moi. Ce billet n'aurait jamais dû voir le jour, ni vos yeux embrumés de ce lundi matin chagrin, cela pour plusieurs raisons. D'abord, 1) la colonie de manteaux dans ma penderie. Ils sont assez nombreux pour se tenir par la manche dans une grande farandole de laine et de tons gris, sans besoin impérieux d'accueillir un petit copain. Ensuite, 2) le fait que ce modèle n'ait pas été soldé, et que j'ai donc perdu bien trois mois à attendre pour rien alors que j'aurais pu en réduire le cost per wear (problématique balibullienne). Enfin, 3) la certitude que cette veste va boulocher aux manches, selon plusieurs sources proches du dossier. Ni une, ni deux, ni trois, j'ai quand même embarqué ce manteau Ba&sh avec moi. 

GiOUV.jpg

GI2.jpg

GIlegende.jpg

Passons donc sur cette bévue complètement assumée, et saluons plutôt la nouvelle initiative de Sézane, qui s'est lancé avec succès dans la création de jeans. Le modèle 01, déjà sold out mais qui reviendra en mars, est tout simplement une vraie perfection : bonne couleur, bonne coupe, bonne longueur, ni trop taille haute, ni trop taille basse, et un petit zip qui twiste l'ensemble. A garder en tête si vous ramez à trouver de quoi habiller votre paire de jambes. Pour moi, c'est toujours une autre paire de manches. 

PS : Réassort vide-dressing ! Avec du Sézane, Ba&sh, Sessun, Isabel Marant, Suncoo ... Et toujours de jolies surprises dans les colis !

21 janvier 2014

"Jetlag" (Simple Plan)

Où il fait encore nuit à Sydney 

Contre vents et marées, je n'ai pas perdu la boule pour la trois-bandes. Comprenez, ne cherchez pas de Stan Smith par ici, d'abord vous perdrez votre temps et il y a bien mieux à faire pour y gagner (lancer une machine, par exemple, tiens, ça déborde de votre panier à linge là), ensuite je vous enjoins à vous rendre sur Instagram (hashtag double initiale) pour bouffer de la belle bleue, de la belle verte, de la belle rouge tout votre saoul. Ici, on n'est pas du tout old school, on est newbie. Ou New B., si vous voyez où je veux en venir avec mes gros sabots en forme de baskets. Totalement conquise par le cadeau impromptu de maman Noël en version noire, j'ai doublé la mise en mode bleu marine et je l'admets, je touche un peu le fond d'la piscine. Sur ce coup là, pourtant, croyez-moi : les deux font la paire. 

blue1.jpg

blue2ok.jpg

bluegrosplan.jpg

bluelgende.jpg

bluecollier.jpg

blue2.jpg

Du très sporty pour la maman happy que je suis. Certes, qui a un train de retard, mais je l'accepte volontiers en ce qui concerne les tendances. A la sortie de la crèche, en revanche, vous me verriez, je suis toujours en avance. 

PS : Pour toute commande des coussins Habitat sur le vide-dressing, un plateau Habitat neuf en cadeau. Et avec la robe Ba&sh, un très joli tapis de bain encore étiqueté Zara Home ! 

16 septembre 2013

"Y'a d'la rumba dans l'air" (Alain Souchon)

Où je suis bonne pâte (à beignets)

Dans le temps de la mode, trois ans, ce n'est rien. C'est à peine le temps de digérer une collection ratée, d'oublier que le bleu marine est le nouveau noir, de décider que le jaune est le nouveau blanc, et de tirer un trait définitif sur la jupe-culotte. (On espère tellement que ça ne prendra pas plus de temps). Moi, en trois ans, je ne l'avais pas oublié. Je l'avais juste relégué dans ce si grand coin de ma tête baptisé "la caverne des occasions perdues et autres histoires manquées". A côté des ballerines Chloé tri-brides, et de la parka marine The Kooples, qui en est enfin sortie il y a trois semaines à la faveur d'une annonce sur Le Bon Coin (voilà pourquoi j'ai vendu ma copie, je suis une puriste. En amour, je n'aime pas le mensonge). Lui, c'est donc ce fameux pantalon Isabel Marant à pois collection automne-hiver 2010. La créatrice l'a réédité cet hiver en version jean. A ce qu'il paraît, c'est quelqu'un qui lui a dit, que, je l'aimais encore. Ca a été possible, alors

donutouv.jpg

donutencore.jpg

Lire la suite

02 septembre 2013

"In the navy" (Village People)

Où je donne le bon ton 

Préparez-vous à un raz-de-marée. A ne plus en voir de toutes les couleurs, noyées sous une déferlante outremer. Voyez déjà les gros titres : "le marine, c'est le nouveau noir". Ricanez un peu, puis replongez. A peine rentrées de votre séjour sur la grande bleue (la mer rouge, c'est has-been), vous n'allez pas être dépaysées. La rentrée a choisi son camp. Elle a jeté l'encre. Pour ma part, je n'ai pas longtemps hésité : j'ai mis la tête sous l'eau, la bête dans mon kady, et je me suis engagée dans la marine. 

blueouv.jpg

bleulegende.jpg

blue2.jpg

Permettez que je reste dans le thème pour vous présenter les jolies créations signées Miansai. Des bracelets crochet ou encre qui donneront un petit goût d'embrun à vos trajets quotidiens en RER. Pour toutes celles qui préfèrent l'amour en mer, comme Philippe Lavil. (Les autres préfèrent taper sur des bambous). 

ansai.jpg

Disponible chez Centre Commercial

Oui, je sais, vous êtes complètement dépaysées par ce nouveau cadre. Ma haie verdoyante vous manque mais que voulez-vous, j'ai fait le mur. Outre cela (montée en gamme, je prépare la chute), je n'ai pas le luxe de prendre un après-midi pour aller shooter six tenues d'affilée dans les plus beaux coins de Paris. Alors promis-juré, je ne vous en voudrais pas si vous pensez que ce post, franchement, ne casse pas des briques. 

PS : De belles choses (Isabel Marant, Sessun, American Vintage, Swildens ...) sur l'Ebay de ma grande soeur !

PS2 : Je vends ma parka Kooples - like, très belle réplique avec vraie fourrure, visible ici, 159 euros FDP colissimo inclus. Taille L soit 38-40, excellent état. 

06 février 2013

"Believe, achieve" (CSS)

Où je bêle, bêle, bêle 

Hier, alors que je m'asseyais pleine d'assurance aux places prioritaires dans le bus, une dame s'est levée et est venue vers moi, sourire aux lèvres. Elle a regardé mon ventre, puis a planté ses yeux dans les miens, et m'a dit : "Madame, il est top votre tee-shirt. Il dit la vérité : vous avez rêvé, vous y avez cru, et vous avez eu". Bien vu. J'ai souri moi aussi, et l'ai remercié pour sa perspicacité. En effet, il est top, ce sweat-shirt Sincerely JulesPas seulement parce que c'est un sweat et que j'ai ce vêtement inscrit dans mon ADN vestimentaire, mais aussi par le message qu'il véhicule. Un message qui me parle, forcément, vu mon parcours. Il a fallu du temps, mais aussi une vraie foi, pour que le rêve se réalise, et qu'une petite gigoteuse me donne des coups pas très sweet sous ce joli sweat. 

DBAouv1.jpg

DBAouv.jpg

Lire la suite

03 octobre 2012

"Eye of the tiger" (Survivor)

Où les créateurs sortent leurs griffes

La vie est une jungle. J'ai eu beau retourner mes références dans tous les sens, je ne vois que ça pour expliquer le déferlement de tigres dans le grand bestiaire de la mode. La vie est une jungle, métro - boulot - dodo, paye ta crève, paye ton licenciement, paye tes impôts, paye la porte qu'on ne tient pas et le bonjour qu'on ne dit plus. Il y avait bien l'imprimé léopard, depuis deux saisons, pour déjà nous transporter dans la savane, mais c'était alors la savane languissante et dépaysante. Là, on dégaine la tête de tigre à notre voisin de bureau comme au facteur, avec ou sans le sourire, on annonce la couleur : moi, je sais me battre, Coco. Appelle-moi Félindra. Et évidemment, toutes les griffes s'y sont mises.

kenzo_sweat_1.jpg

Le fameux sweat Kenzo

sweat tigre kenzo.png

(En gris, ça marche aussi)

tigre.jpg

tigrelegende.jpg

 

Lire la suite

01 octobre 2012

"Light my fire" (Minnie Ripperton / José Feliciano)

Où j'ai franchi le mur de l'Atlantique

Quand on a une bonne recette de cuisine, on la partage. Quand on a vu un super film au ciné, même qu'on en a oublié d'acheter du pop-corn (sucré), on en parle aux amis. Quand on a une baby-sitter qui ne laisse pas Chérubin et Colombine devant la télé jusqu'à 22h00, on donne son numéro. Bon, je pourrais vous donner le truc pour faire les chaussons aux pommes que j'ai cuits ce matin, je pourrais vous dire de vous ruer sur le DVD de "La guerre est déclarée", et vous refiler le numéro d'une collègue psychomotricienne qui fait du baby-sitt' à 10 euros de l'heure, mais plutôt qu'un bon coup de main, ce matin, je m'en vais vous donner un bon coup de pied. Ou comment vous trouver de belles boots confortables, in et pas chères, pour la moitié du prix des Isabel Marant : les boots Sam Edelman, modèle Petty. Vous les avez vues en python ici ? Pour ma part, j'ai craqué sur le bordeaux (la couleur qui me change du gris - taupe - marine - noir de l'hiver), mais si le léopard vous en dit, ça marche aussi. 

bootsgrosplan.jpg

bootsvue.jpg 

Lire la suite

24 septembre 2012

"That thing" (Lauryn Hill)

Où je me la joue comme Kate (avec le concept de mannequin en moins)

Mais si, regardez bien ? Dans la moue ? Dans la pose nonchalante et le bras émacié ? Dans le minois de chat ? Non, toujours pas ? Bon, tant pis. J'ai failli dans ma quête de la Kate. Pourtant, c'est bien le manteau boyfriend que Kate Moss a dessiné et joliment porté pour Mango que je vous montre aujourd'hui. Une photo postée sur Twitter par Jane, avec un prix aussi, clignotant car tellement inhabituel pour une pièce pareille (*39,99 euros*), m'a poussée vers cette enseigne que je ne fréquente plus depuis des lustres. Et je ne le regrette pas : je vous le montre aujourd'hui, mais je l'ai porté hier, et je le porterai demain. Simple et évident, parce qu'il va avec tout, en fait. Bon, je n'ai pas tenté avec une robe / jupe, car j'ai encore des scrupules à sortir les collants (le retour de la voix intérieure : "Nonnn malheureuse ! Pas avant le 1er octobre, les collants"). Avec le slim, c'est l'entente parfaite. Merci Kate : ton boyfriend coat, il a la côte. 

mango1.jpg

mango2.jpg

mangolegende.jpg

Lire la suite

19 septembre 2012

"Cherry lips" (Garbage)

Où je prends mes quartiers d'automne

Allez-y, on s'extasie. On applaudit, on pousse des cris d'orfraie, on se rue sur Internet pour savoir où on peut se procurer dare-dare la merveille (je parle de la veste, l'HDMV ne m'a pas encore mise en vente avec frais de ports gratuits sur Ebay). Non, parce que vu ce que j'ai lutté pour la trouver et où j'ai dû mettre les pieds pour la débusquer en ma taille hors nomenclature, ça vaut bien ça. Ca vaut bien un commentaire extatique, un RT sur Twitter, un "j'aime" sur Instagram, un "poke" sur Facebook. D'autant plus que c'est l'effet que provoque habituellement la moindre pièce Isabel Marant portée sur la blogosphère. Je le sais, je crie aussi, je jalouse, je "like", je "hate", je "bitche". Elle est forte, la baronne de Charonne, pour provoquer ces glapissements envieux. Elle a sa recette : proposer peu de pièces, dans très peu d'endroits, histoire de créer le manque. Et le manque, ça se comble, dans la collection d'après, dans un autre modèle, dans une chaîne consumériste infinie. Je sais de quoi je parle : Monty, je m'en étais fait toute une montagne, et je suis allée l'acheter sur une île. 

vestegene.jpg

vestemarantlegende.jpg

Lire la suite

17 septembre 2012

"Down the road" (C2C)

Où je ne risque pas de vous lâcher les baskets 

Des centaines, qu'écris-je, des milliers de filles croisées dans la rue, avec leur démarche claudicante mais néanmoins altière, ne m'ont pas fait changer d'avis. Des dizaines de fashionistas d'Isabel Marant de la tête aux pieds équipées n'ont pas fait poindre chez moi le moindre doute. Pieds au plancher, la Galliane, et fidèle à ses sneakers ras des paquerettes (dans deux mois, ce sera ras la moquette, mais laissez-moi encore croire qu'il y a des fleurs au sol et du soleil au ciel). Maintenant, qui a interdit d'aller piocher, dans la grande famille des sneakers de ville, parmi les modèles les moins évidents ? Les plus orthopédiques ? Certainement pas moi. Histoire de ne pas me fondre totalement dans le bitume, et de compenser à ma façon, j'ai quand même été chercher vers l'orthopédique. Vous me connaissez : dès que j'ai l'opportunité d'animer un peu l'open-space en remarques super éclairées ("ah, tu pars en randonnée?"), je me pose là. J'assume. Pas question de me mettre dans mes petits souliers. 

baskets1.jpg

baskets4.jpg

baskets3.jpg

Lire la suite