Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 novembre 2010

"Come as you are" (Nirvana)

Où c'est règlement de comptes à OK Podium

Après Glamour, Grazia. En attendant GQ, tiens, la malédiction pourrait encore frapper. Les magazines en G ont les blogueuses dans le nez. En témoigne une chronique signée Patrick T., cette semaine, dans le nouvel hebdomadaire féminin. La même rengaine, peu ou prou, que celle déjà proposée dans le fameux édito de Glamour : beaucoup de blabla, rien dans la bobine, ces blogueuses. Toutes vendues, et pas une pour racheter l'autre. Ben voyons, en conviens-je, après m'être tartiné 34 publicités A4 avant d'arriver à ce billet dur, page 80. 34 pages, compté juré.

23112010751.jpg

Patrick T., le juge du jour, aussitôt googlisé (fallait pas bosser dans un magazine en "G") : "journaliste chroniqueur", du Grazia du Têtu du Nova (rien contre ça), mais pas franchement versé dans le joyeux monde de la blogueuse sans tête et du vide-dressing casse-tête. Patrick s'interroge : "On ne sait plus où leur sacro-sainte indépendance éditoriale est passée". Patrick a pourtant travaillé au magazine Trax, où les billets monnayés par la pub ne manquaient pas à une certaine période. Patrick s'indigne : "Prêtes à tout pour troquer leurs statuts de girls next door pour celui des VIP."  Attendez, je dois m'interrompre un instant, le service presse de Chanel m'appelle pour m'inviter au prochain défilé. "Oh, merci beaucoup, non, je dois décliner, ça ne me dit vraiment pas ... (Embêtée) Imaginez qu'il me faille dire que la collection est magnifique, damned. Je n'ai jamais assisté à un défilé de ma vie, c'est le rêve de toutes les filles de la terre entière, mais non, la provinciale que je suis ne saurait se corrompre de la sorte." Ca va, c'est crédible, là, Patrick ? L'étendard de l'indépendance éditoriale est porté assez haut ?

glamour_blogueuses_mode.jpg

Passons sur le "nombre d'entre elles ont perdu ce qui faisait leur charme : un ton frais et intime", partant du principe qu'on ne s'attarde que sur les trains qui n'arrivent jamais à l'heure. Insistons plutôt sur cette chute du plus bel effet : "Dix Garance Doré ne feront jamais le poids face à une parution mensuelle. (...) La blogosphère mode serait bien inspirée de balayer devant sa porte (...) et de mettre son arrogance au placard si elle ne veut pas avoir autant d'influence qu'un vulgaire spam". Comme j'ai rangé ma vulgarité avec mon arrogance, c'est à dire au placard, je vais éviter un bon gros F... de girl next door mal élevée (voilà ce qui arrive quand on refuse des invitations VIP). En tant qu'ex-journaliste de presse magazine, je suis bien placée pour savoir que les contraintes de blog n'ont rien à voir avec celles du papier glacé. La fameuse histoire du roquefort qui dit au camembert "tu pues". Allez nous expliquer pourquoi tel journal met sur pied un fil de blogueuses, ou tel autre un prix récompensant leur créativité. C'est peut-être, Patrick, parce qu'Internet, pour dépasser la simple question des blogs, pose de sérieux soucis à la presse en général. Peut-être parce que les ventes des magazines stagnent au mieux, dégringolent au pire. Le progrès, que les éditorialistes de mode le veuillent ou pas, est de notre côté. Il va donc falloir arrêter de nous titiller le point G. Grazia mille !

PS : Au fait, je me suis abonnée à Grazia pour recevoir la trousse Petite Mendigote "It-girl" en cuir, et j'ai reçu un ersatz gnangnan en tissu à la place. Si je réclame auprès du service abonnements, suis-je trop arrogante ?

15 juillet 2010

"The Fame" (Lady Gaga)

Où du rose en juillet, belle tout l'été

Quand j'étais petite, l'été, j'achetais le magazine Pif pour les gadgets en plastique, les araignées velues, les pistolets à eau. C'était bien, c'était chouette. Quand j'étais ado, j'achetais Star Club, toute l'année, pour les fiches de chanson détachables à collectionner dans un classeur Chipie. C'était bien, c'était chouette. Depuis que je suis grande, belle, intelligente, drôle et pleine de fric, enfin surtout pleine de fric, j'achète la presse féminine, l'été, pour m'habiller gratuitement avec ses cadeaux sous cellophane. J'ai de la chance : depuis deux ans environ, on a droit à de la grande marque : du Agnès B, du Sandro et cette année, du Comptoir des Cotonniers. Fichtre. De la grande marque et surtout du rose pétant, Galliane mord à l'hameçon. Biba'p lula.

12072010251.jpg

Lire la suite

20 octobre 2009

"Bubble toes" (Jack Johnson)

Où le plancher des vaches de Boulogne-Billancourt en bottes Zara, y'a que ça de vrai

Depuis des années, ma vie est d'une platitude désarmante. Le pire, c'est que j'aime ça. La platitude est une attitude, attention, concept : la plattitude*. Alors, je vous en bouche un coin, je sais, il est 19h09, Radio Nova s'égosille dans ma chaîne, il pleuviotte, des moules marinière Picard m'attendent et moi, je conceptualise, je fillosophe et ça me botte. Les bottes plates, donc, vous le savez, ça a commencé avec des bottes de pluie caoutchouc enfant (syndrome Mimi Cracra, l'eau elle aime ça, et plotch, à pieds joints dans la flaque, hihihi hohoho), ça a continué deux SMIC plus tard avec les merveilles d'Isabel Marant et depuis, ça cherche des ersatz. Pour faire simple, tout ce qui peut me permettre de ne pas prendre de la hauteur.

 

bottesconty.jpg

Les bottes Delphine Conty, classieusement classiques, et chères, ça va avec

bottespetitemendigote.jpg

Les bottes Petite Mendigote, pas pour une mendiante non plus celles-là

bottesnarde.jpg

Les bottes André, à 59 euros celles-ci, donc bien plus amicales

bottestatoosh.jpg

Les bottes Tatoosh, pour les Koh-Lanta filles

 

bottesplatesbluewax.jpg

Les bottes Blue Wax chez les 3 Suisses

darelbottes2.jpg

Les fameuses Pablo de Gérard Darel sur Monshowroom, tellement belles qu'en rupture de stock

Normalement, tout cela doit vous faire une belle jambe. Et moi, j'espère que ça va aussi m'en faire, et deux tant qu'on y est, puisque je ne sais pas résister quand on me fait du plat du pied. Il faut dire que je culmine à la même hauteur que l'HDMV, donc j'essaie de cacher mes incroyables talons le plus possible. Mais entre ces merveilles, j'ai évidemment trouvé chaussure à mon pied. Saurez-vous, vous aussi, la deviner ? Réponse en photo tout bientôt. Vous aviez une haute estime de moi? Pfff. Je suis basse et fille, c'est bien connu.

* Déposé à l'INPI depuis 12 minutes

02 mai 2008

"Heroïn" (Velvet Underground)

Où Balenciaga, c'est définitivement ma came

Alors que le prix du pétrole flambe et le litre de lait se porte à ébullition, je vous annonce en exclusivité que le cours de l'héroïne a nettement baissé. Pour 4,90 euros, aujourd'hui chez votre kiosquier, vous avez deux kilos d'héro bien tassés dans un joli emballage griffé Very Elle, magazine hype et huppé lancé il y a deux semaines. Sur la couverture était écrit, surligné de noir même : "Héroïnes". D'emblée, j'ai fermé les yeux, association d'idées, vite. Héroïne, LSD, pensé Hélène de Troyes, Jeanne d'Arc, Madonna, Coco Chanel, Jane Fonda, Gisèle Halimi, Simone de Beauvoir, Virginie Despentes, Gena Rowlands, Blondie, Laure Manaudou, ses larmes cette semaine. Puis j'ai ouvert, les yeux, ouvert, le magazine, et j'ai vu Amber Valletta. Jadis mannequin, me rappelle-je à grand-peine, mais j'ai toujours préféré sa grande copine Shalom Harlow. J'ai vu Chloë Sevigny et Elettra Rossellini. J'ai lu Arielle Dombasle et survolé Britney Spears. Et j'ai refermé. Me sont restées en tête, yeux fermés, de belles images, très belles même, ça j'aime, mais ça j'ai partout, dans Vogue, dans Elle, dans la rue sur les panneaux d'affichage, dans les musées, sur vos blogs.

M'est surtout venue l'envie d'ouvrir un dictionnaire, à la lettre "h", mon petit Robert feuillu qui me raconte qu'un héros, c'est avant tout "un être fabuleux, la plupart du temps d'origine mi-divine, mi humaine, divinisé après sa mort" (Arielle?) ; "un être qui incarne dans un certain système de valeurs un idéal de force d'âme et d'élévation morale" (Britney?). Je me suis convaincue, regardant Amber Valletta aux côtés d'Amanda de Cadenet, que la starissime photographe avait imposé sa meilleure amie - plus tellement au top - comme héroïne de ce premier numéro. Ca doit être ça, ou je brûle mon Jérôme Dreyfuss. Héroïne, ou tout simplement poudre aux yeux ? 

Mon nuage de lait dans ce café bien noir, évidemment que je vais en parler. Une héroïne, dans ce magazine, j'ai quand même trouvée. Des mois qu'elle m'obsède, la vilaine, même que j'ai fait des pieds et des mains, taille 38, pour la porter aux nues sur ma peau nue. La grande Madame Figaro avait tenté ce qu'elle avait pu, Nicolas Ghesquière n'avait rien entendu. Chez Very Elle, pour bien enfoncer le clou, ils ont frappé deux fois.

596026557.JPG
Photo Doug Inglish / Very Elle
 
1851361107.JPG

LA robe Balenciaga, printemps-été 2008, portée par Leelee Sobieski et Charlotte Gainsbourg (photo Kate Barry / Very Elle)

La robe rêvée de mes anges. Il fallait la trouver, cette fameuse héroïne, au coeur de 234 pages de pub, de Britney, d'Arielle et d'Amber. Moi être very elle, casaque pas cosaque python poudrée ou de pétunias bariolée, un peu, beaucoup, à la folie. Very, very.

04 décembre 2006

"Tu veux ou tu veux pas?" (Brigitte Bardot)

Qui dit que pour 2,50 euros, aujourd'hui, on a plus rien ? ("Jean-Pierre Coffe"? "Mme de Fontenay"?) Bon, c'était pas un jeu là, juste un effet de style pathétique (Qui a dit "à 2,50 E?") pour commencer un billet, z'avez rien compris.
Au mieux, avec ces trois piécettes, vous vous offrirez quoi, un pinceau à blush H&M, une pissaladière chez votre amie Baguépi? Je vous propose à la place un crazy shopping automne-hiver en veux-tu de la robette en auras-tu de la pochette.

homecouv

Prêtes? On enfile toutes son grand sac mou que même il sera plus à la mode cette saison (dixit, justement, ce Elle spécial mode que j'ai failli refermer aussitôt pour la peine), et hop, on est parties. Mais attention, les shoppeuses, je veux de la méthode et surtout pas la "3e jour Soldes Presse chez Sandro" attitude. On ne passe pas de la page 156 à la 88 en détachant vite fait la fiche-cuisine pour Mémé Gilberte, d'accord?  Un peu d'ordre, et surtout deux axes très simples : Je prends / Je jette !

Je jette :
- Le foulard E2 : il est bien joli, certes, mais le prix? 375 euros? Je sens que ma joëllegoronite aigue me reprend.

003-

- La liquette : l'été,OK pour la néo-bab-grand-papa attitude, mais l'hiver, je veux de la couture et de la structure.
- La fourrure : pardon ? De la vraie en plus?
- La robe tube : comment ?
- L'imprimé léopard : voir "la fourrure" ou "la robe tube"
- Le jaune : je veux du moutarde, hein ? Pas du Titi Canari ascendant Sicilia Sarkozy (?). Ca, par exemple, dont je vous ai parlé hier (Photo Sessun) :

sessunmoutarde

- Le jodhpur : Géraldine a déjà considérablement établi les pour (quasi-nuls) et les contre (écrasants), c'est no way. Je vous épargne une photo de cette catastrophe.
- Le body : faut-il vraiment que je précise, là ?

Je garde :
- la blouse bleu métallique Iro (Photo Monshowroom)

irobleue

- Un manteau bleu, mais le mien, ce sera celui-là (Photo Vanessa Bruno, collection Athé):

blousonbleu


- La laine cocon : telle que dans ce délicieux gilet de la marque Soun (Photo www.poopoopidoo.fr)

giletsoun

- Le vert menthe : miam ! (Photo Et Vous)

vertmenthe

-La doudoune / la parka : et même que j'ai déjà la mienne, elle vous sera présentée quand les températures exigeront son entrée dans le grand froid. En attendant, ce modèle Asos :

parkadudouneasos

- La pochette : qui avait shoppé en avant-première le modèle sélectionné par Elle? Punky B et Alexiane, bravo les filles. Celle qui me la trouve quelque part en noir ou en vert aura mon ETERNELLE reconnaissance.

PochettevertHM

- Le blousonnet structuré militaire : Si je vous dis qu'en vrai, il est encore 10 000 fois plus beau? Vous, vous me croyez, mais vos CB ("400 euros, 400 euros"), elles, ne m'écoutent plus, et elles ont raison. (Photo Et Vous).

manteaumilitaire

- Le vynile, cf ces bottes délicieuses chez Mellow Yellow (elles existent en grises, aussi - Photo Sarenza) :

bottesmellowvernies

-Le big sweat : je vous ai déjà assez saoulées avec, hein ? Pour celles qui ne sont pas encore converties, ce modèle de Paul&Joe Sister (photo www.monshowroom.com)

robesweatpauljoe

- La mini-jupe extra boule : et là, pas d'hésitation, c'est celle-là que je veux ! (Créa La Fée évidemment!)

jupeballonlaf_e

-Les babies à talon : vous ne rêvez pas, la grande fille modèle va vous prendre de plus en plus haut (Photo André).

babiesandr_

- "Et ça t'as pris combien de temps pour faire ça, Galliane?
- Oh, bien deux heures.
- Mais t'as que ça à faire?
- Non, mais j'vous aime bien, faut croire.
(Songeuse) Y'en a pas une parmi vous qui sait repasser les chemises ? "