Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 janvier 2017

"Hey Mama Wolf" (Devendra Banhart)

Où je montre des crocs blancs

Je ne suis pas une mère poule. Je l'ai longtemps cru et claironné à tue-tête, mais l'erreur est humaine, le bec dans l'eau, je me suis trompé d'animal. J'en serai une quand les poules auront des dents, peut-être. Oui, des dents, car moi ma fille me donne les crocs. Depuis toujours, j'ai eu envie de planter mes petites dents dans son cou grassouillet et de la trimballer partout dans ma gueule. Depuis toujours, j'ai envie de la croquer, cric crac, le petit coup de canine dans ma nine. Je l'aime jusqu'aux dents. "Je te mange !", lui répète-je à longueur de journées, et devant sa mine interrogative, je précise "Ca veut dire que je t'aime, hein". Je n'ai pas épousé un loup de mer, mais indéniablement, je suis une maman louve

mamalouve1.jpg

Tee-shirt Emoi Emoi

Vous allez me dire, c'est quoi la différence entre une mère poule et une mère louve, franchement ? Je crois que ça part du ventre. Un amour plus animal, plus sauvage. La même envie furieuse de défendre bec et ongle son enfant, mais avec une rage incroyable. Chez moi, cela se matérialise également par une impossibilité physique de l'éloignement. Toujours dans le même pays. Quasi exclusivement dans la même ville. Un besoin maladif de sentir son odeur, toutes les nuits. Aller la renifler, dans le noir, la retourner d'un coup de museau pour voir qu'elle respire bien. 

mamanlouve2.jpg

Finalement très dépendante de son petit, la maman louve. Quand la mère poule, elle, doit allègrement s'éloigner du nid pour vivre un peu sa vie, moi je rode autour de sa tanière et entrebaille sa porte quand elle joue l'indépendance. Bien sûr, il y a des moments où je l'enverrais bien au diable vauvert, mais toujours je reviens à son cou, l'appel de sa chair. Je crois que je couve quelque chose depuis trois ans et demi. Une maladie d'amour qui me donne une faim de loup.

emoi emoi

 

01:29 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : emoi emoi

27 mars 2015

"Vendredi, get shorty!" #169

# LA MINUTE DECO 

Un petit zoom ici sur les jolies patères en bois issues de la collaboration Saisons x Aime comme Marie. Ici, on ne conçoit pas le bonheur sans nuages, mais d'autres jolis modèles sont désormais disponibles. 

deco.jpg

(Suspension Bloomingville)

lespateres.jpg

Lire la suite

28 novembre 2014

"Vendredi, get shorty!"#159

# LA MINUTE SUPERMOM

Madame s'appelle Melissa Bombardiere, vit en Australie dans une chouette maison avec ses deux chouettes petites filles, des chouettes idées, et cela donne un chouette compte Instagram plein de vie et d'harmonie. 

bomba3.jpg

bomba 1.jpg

bomba2.jpg

bomba7.jpg

bomba5.jpg

bomba6.jpg

bomba4.jpg

Crédit photo : @melissabomba

Lire la suite

14 novembre 2014

"Vendredi, get shorty!"#157

# LE SWEET SWEAT

J'aime pas que son petit nez coule, j'aime pas que ses lacets soient défaits, j'aime pas que ses affaires soient en boule, j'aime pas qu'elle saute le dîner. Non, j'ai beau chercher, je n'ai rien d'une maman cool, je ne take pas easy, je suis sur son dos, je lui prends la main, je la mène par le bout du nez, je lui casse les pieds, j'ai la boule au ventre, je la couve des yeux. Je suis une maman poule

emoi2.jpg

emoi1.jpg

Et je l'assume avec d'autant plus de plaisir que la si jolie marque Emoi Emoi m'a demandé de faire partie de ses ambassadrices pour sa nouvelle collection de sweats, déclinés en "maman poule", "maman cool", "papa poule" et "papa cool".

570709.129.jpg

Du bordeaux, du bleu, du coton bien molleton, des jolies coupes et surtout derrière une équipe absolument charmante, Adèle & Nathalie, qui ont un peu révolutionné les vêtements de grossesse avec des fringues qu'on regrette de ne plus porter une fois le gros bidon envolé. Deux jolies poules totalement cools.

Lire la suite