Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 avril 2008

"Fashion" (David Bowie)

Il serait indécent de se plaindre en Givenchy. Il serait indécent de ne pas s'aimer en Givenchy. Alors, pour celles qui n'ont pas lu le papier de Madame Figaro chez Géraldine ou Alix, qui n'ont pas entrevu les tenues de Punky ou Garance, avec qui j'ai eu le chance de partager cette belle expérience, voici quelques instants volés de cette séance-photo. Robes de rêve, chaussures de princesse, maquillage de stars et des étoiles dans le regard.

2055745765.JPG
928453387.JPG
1026050613.JPG
808986694.JPG
326512892.jpg

Cette dernière photo, signée Alix merci ! 

160130670.JPG

Dix ou douze choses que j'ai retenu de cette journée bien particulière :

1) Nicolas Ghesquière n'est plus mon ami. Alors comme ça, on peut pas emprunter tes robes, Nic', si tu sais pas si on est des gros tas ?
2) On ne demande pas à sourire sur une séance-photo. On n'est pas des marrantes, les blogueuses. Ca se saurait (pouët).
3) Garance est une fille en or, et elle sait pourquoi.
4) On ne se fait pas retoucher en cours de séance sans voir le rendu (le poulpe).
5) Quand le photographe veut tirer le mieux de ses modèles, il met les Rolling Stones et ça détend drôlement l'atmosphère. "Rudy, Rudy, Rudy, Rudy", ah ah ah... (Détournement maîtrisé en ut mineur de Kaiser Chiefs).
6) Ah bon, vous voulez vraiment me faire "la tête d'Amy Winehouse", vous êtes sûre, madame la maquilleuse?
7) C'est quand qu'on mange?
8) Avec 17 cm de talons, je passe difficilement les portes.
9) La pince à linge, la meilleure amie des stylistes sur les shooting. Vous auriez vu le dos des filles, de vrais fil d'étendage.
10) C'est quand la prochaine ?

Mille mercis à Peggy Frey de m'avoir incluse dans cette sacrée sélection. Et je termine par le sacro-saint "Bienvenue aux lectrices de Madame Figaro". Je parlais de Diane von Fürstenberg encore hier, vous ne pouviez pas mieux tomber.

Rédaction : Peggy Frey. Stylisme : Agnès Boy (merci, madame, pour ta patience). Photographe : Rudy Waks.