Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 juin 2008

"Music is my hot hot sex" (Cansei de ser sexy)

Où on ne parlera pas soldes ici, c'est ringard les soldes je vous ai pas dit ?

Combien sommes nous ici là maintenant, ça va mesdemoiselles depuis la dernière fois, à connaître une fille dont le dernier album est vendu à la Fnac ? Connaître, je veux dire, appeler n'importe quand et boire des coups avec toujours au même endroit, en racontant toujours les mêmes âneries, et pas facebooker éventuellement avec de loin / des gants ? Calmées, je vous ai. Moi, j'ai cette chance (sourire sparkling mi-démoniaque, mi-innocent). Je connais une star. Music is my girlfriend.

Oui, on va parler a capella, staccato et tutti chianti ici, parce qu'on va causer repérages de soldes partout ailleurs et ça j'ai déjà donné, quand j'étais jeune et impressionnable. Bémol, la mode. Je suis une grande fille modèle maintenant, même que le soir de la Fête de la musique, je suis allée me coucher à 22H38. Je travaillais à 8h le lendemain (là, vous voyez nettement mon sourire sparkling démoniaque s'ammoniaquer de rage). Donc, j'ai fêté la musique avec ma platine brune, mes écouteurs de David Guetta du XXe, et une tenue de circonstance.

006.JPG
Tunique Les Prairies de Paris

Hier pour compenser, j'ai fêté la musique à la Fnac. Au rayon "Indépendants", précise-je, vous ne me trouverez jamais à la lettre A de la variété française entre Tina Arena et Jean-Louis Aubert. Et en tête de gondole, lettre H, il y avait Helluvah. "Emotion pills", qu'il s'appelle son album qu'il est bien. C'est Camille, ma copine, qui se cache derrière ce sobriquet et ces airs PJ harviens ascendant Cat Power. Camille, on a étudié le journalisme ensemble, et son principal fait de gloire à mes yeux reste un article de toute beauté sur le point G dont je lui reparle souvent, je le connais par coeur, "Et vous, vous avez trouvé votre point G?" . J'ai eu du mal à croire que c'était bien la même nénette qui savait aussi bien écrire en anglais, composer, chanter. Mais c'était bien elle, en tête de gondole, à la lettre H, pas loin de Goldfrapp ou Hooverphonic. J'ai eu envie de taper sur l'épaule de mon voisin de rayon, avec sa pile de Snoop Dogg dans la mimine, lui dire que je la connais, la fille en face. Puis non. A la place, j'appelle Camille, répondeur, la félicite mais lui dis que faut pas pousser, je suis pas venue que pour elle, je voulais absolument le CD de Santogold aussi (CD que tout ce que Paris et New York compte de branchés possède depuis environ 7 mois). Rentrée à la maison, tout hype que Santogold soit, il y eut évidence. Dans ma brune platine, la star s'appelait Helluvah. Point (G) final.

Helluvah, Emotion pills, www.myspace.com/helluvah, Blog up Musique, dispo dans toutes les Fnac