Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 janvier 2014

"Cool" (Gwen Stefani)

 Où on assume l'évidence

Si le mode d'emploi existait quelque part, je courrais l'acheter, en triple exemplaires, à triples enjambées. Si le parfum miracle était disponible en vente libre, je poserais une RTT pour me le procurer. Mais voilà, le manuel de la sexy attitude n'existe pas, et le parfum qui fait chavirer les coeurs et fait tressaillir les corps n'a pas encore été créé par un marketeux qui aurait eu du nez. On naît sexy, on ne le devient pas. Tout ce qui est artifice, effluve enivrante, recette miracle, ne changera rien à la donne. Quand on n'aime pas les Louboutin, la lingerie dentelle, les robes très courtes, les talons très hauts, les chemises très échancrées, les vestes très ajustées, les sacs très Chanel, la cause semble perdue. Ci-dessous, c'est tout moi : un manteau boule manches trois quarts, un sweat bien mou, un slim adoré mais d'ado, des boots boho et un sac en bandoulière. Plus grande écolière que sexy ménagère. 

cool.jpg

cool2.jpg

cool3.jpg

N'allez pas me dire : un sweat, ça peut être sexy. Non, un sweat, c'est easy. Au pied de la lettre, une seule de différence, mais qui fait toute la différence justement. Pour l'instant, la guêpière m'est étrangère, tout autant que la sensuelle gestuelle de la belle Catherine Trammel. Je n'arrive pas à faire dans le "hot", alors je reste dans le "cool". Mais il paraît que le réchauffement climatique nous rattrape. Ma cause n'est donc pas définitivement perdue. 

06 janvier 2014

"You're all that I have" (Snow Patrol)

Où on entasse, on entasse, on entasse

D'abord, quelques voeux. Des voeux heureux, moelleux, joyeux, enrubannés de gentils mercis pour être encore là, en 2014, à lire mes âneries et regarder mes fashion lubies. Et puis, après ça, on déballe la marchandise. Une envie frénétique de gamine de 8 ans qui étrenne ses cadeaux de Noël dans la cour de son immeuble le 25 au matin. On déballe, on étale, et on accumule : le manteau et le collier offert par l'HDMV, les baskets offertes par maman, le sac offert par soi-même (note pour plus tard : les cadeaux qu'on se fait, chapitre 1 verset 34). On assemble, comme les Lego du gamin de 8 ans dans la cour de son immeuble, et au final, on se dit que ça ne rend pas si mal. Aujourd'hui, la blogueuse mode plante verte a de sacrées allures de sapin. 

sapin1.jpg

sapin2.jpg

sapinlegende.jpg

Lire la suite