Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 juillet 2010

"Love is blue" (Frank Sinatra)

Où le grand bleu, c'est pour bientôt

Mmmmmh, je ne sais pas vous, je ne sais que moi, mais l'appel de l'azur baudelairien se fait de plus en plus pressant. A force de voir du ciel bleu de ma fenêtre d'open-space, à force de voir des flots marine dans mon écran plat, à force de voir du vernis turquoise (OPI, of course, pour les French) sur les ongles des Boulonnaises, je suis la tête en vacances. Il fallait bien que cette vague bleue déferle dans mes repérages "fin de soldes", avec des petites merveilles ma foi schtroumpfement sympathiques.

selectionbleue.jpg

Sessun Piou Bag nouveau modèle, sandales Mellow Yellow, marinière Maje, collier Titlee, blouse Dedikate

Lire la suite

11 février 2010

"Kiss the bride" (Christophe Willem)

Où je cède aux charmes des Bridélices

La meilleure nouvelle des prochains mois, hormis la naissance du deuxième bébé - à 45 ans - de Monica Belluci, c'est bien la montée en puissance de la sandale à brides. You-pi. Les plus fidèles parmi vous se souviendront de mon plaidoyer, l'an dernier, pour la sandale montante sous toutes ses formes. Parce qu'on ne change pas une fille qui gagne (à être connue, haha), je vous ressors mes vieilles obsessions de mes archives, auxquelles je rajoute juste quelques brides. Car cette passion, je l'ai là, "chevillée au corps", comme dirait notre amie du Poitou charmante.

proenzaschouler1.jpg
proenzaschouler2.jpg

Sandales magiques Proenza Schouler

joiegrises.jpg

Sandales daim Crimson & Clover

sandalesmellow.jpg

Sandales Mellow Yellow

Et dans la famille "orthopédique mais hautement magnifique", je n'oublie pas mon coup de coeur pour les Sandro de cet été. Mais avec la fameuse polémique qui a occupé deux jours et 245 commentaires la blogomode - "les bottines rock Sandro sont-elles vraiment de mauvaise qualité?"-, maintenant, je reste sur mes gardes. Garde à vous, gare à nous.

spartiatessandro.jpg
Sandales Sandro

En attendant de traîner nu-pieds, je me suis offert, pour la modique somme de 20 euros, de lointaines cousines de nos amies les défuntes Chloé. Merci un déstockeur Zara sur Ebay Italie.
ballerines3-pola01.jpg

Python qu'elles sont belles, me dis-je encore, ravie de ma bonne affaire. A la bonne taille, la bonne couleur, j'ai enfin trouvé chaussure à mon pied. Cendrillon, direz-vous. Robin Wright-Penn oblige, laissez-moi préférer Princess Bride.

PS : si quelqu'un veut bien les clés de mon blog pour le relooker un peu, je suis preneuse !

10 octobre 2008

"Something is not right with me" (Cold War Kids)

Où je reprends le blog à cloche-pieds

En un mois, il s'en est passé des choses, des jolies et des moins, et moi et moi et moi. Le monde a trouvé le moyen de se payer une crise financière, Nicolas et Carla de se payer une séance photo avec Annie Leibovitz, et moi une double paire de bottes. Entre trois cartons, trois semaines pour monter une étagère Ikea (véridique, mon ouvrier afghan recruté sur petite annonce peut en témoigner et sa perceuse aussi), trois hectolitres d'oranges pressées Monoprix, j'ai eu le temps de me rendre compte qu'il existait une perfection de bottes en cette rentrée.

Et cette découverte ne s'est pas faite sans larmes, car j'ai aussi enfin assumé, sous l'oeil d'une vendeuse, que les santiags n'étaient pas faites pour mon 41. Imaginez le choc, une métaphore vite, comme si comme si... Comme si on vous disait que vous étiez interdite de mascara à vie. Le classique, l'indémodable. La santiag', ce Graal que toutes les rockeuses mettent par dessus jogging pour le pain aller chercher. Cet état de grâce m'est définitivement prohibé, "sois sage ô ma douleur et tiens toi plus tranquille". En passant par Baudelaire avec mes sanglots, Lou Doillon, tu m'expliqueras comment tu fais, ou comment tu t'en fous de tes panards de five kilometers long. Prête-moi de ta nonchalance, Birkin'girl, five seconds, please. Alors, rue des Canettes, le coeur dans les talons, je pensais que plus rien (Isabel Marant exceptée, mais on ne parle pas de Dieu ici) ne me botterait. Jusqu'à trois vitrines plus loin. Coeur d'artichaussée, Galliane :

002.JPG
Modèle Egardy taupe, Mellow Yellow


Puis en y regardant de plus près, franchement, j'ai vu double :
004.JPG
Modèle Egardy, daim noir


Elles existent aussi en beige clair.
Je n'ai pas pu compter jusqu'à trois, et ma CB non plus.
Tout ça pour vous montrer qu'en un mois, la Bourse peut s'arrêter de tourner, les banques s'arrêter de prêter, mais votre Galliane, elle n'a pas changé.

Parce que ce blog n'a pas vocation à devenir un espace de vente, j'ai préféré ouvrir une annexe spécialement dédiée à mon vidage de dressing permanent : La solderie. Et comme c'est le thème du jour, deux paires de bottes en vente, dont une Isabel Marant en daim beige ... C'est ici !

00:02 Publié dans My Clothes | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : mellow yellow

07 mai 2008

"She'll hang the baskets" (Cake)

Où je risque de vous "lacet" vite fée

Que c'est compliqué, une fille, gnagnagni gnagnagna, tu veux ou tu veux pas, verts ou violets, les rideaux du garde-manger ?  En ce moment, par exemple : je ne pense que chaussures, et je n'achète que des sacs. Enfin, j'achète des sacs et un peu des chaussures, mais pas celles auxquelles je pense depuis des semaines. Celles auxquelles je pense depuis des semaines se sont depuis, évidemment, envolées comme par magie des boutiques. Des petites ailes leurs ont poussé, j'ai l'impression, mais vu comme elles sont gracieuses, cela ne m'étonne guère, et les vendeuses se bornent à m'opposer un "rupture de stock" beaucoup moins poétique quand j'avance ma tête contrite. Des chaussures anges, ça existe, mais les vendeuses anges, on le saurait depuis longtemps.

Celles auxquelles je pense depuis des semaines, j'aimerais savoir dessiner pour vous les remettre en situation. J'aimerais également être une Facehunter digne de ce nom pour avoir eu le cran et le talent de les immortaliser. Une scène. Ligne 8. Un couple. Lui, cheveux longs et long tee-shirt Marc Jacobs, bottes en cuir, mystique et planant. Elle, petite chose aux longs cheveux raides noirs, japonaise poudrée romantique et étherée, dans son trench beige clair aux manches retroussées. Un jean très clair dignement reboulé. Les baskets Ash poudrées aux pieds. Pour les avoir vu de près, je confirme : satinés, ses lacets sont des fées.

1830666298.jpg

La fille de mon dernier métro, donc, vous ne la verrez pas. Mais ces chaussures, élégantes et fines comme pas deux, vous devez les voir aux pieds des gens les plus chics de la capitale et ailleurs. La basket chic. Si Jane Birkin l' avait connue, au temps de sa frange et de ses non-seins apparents, elle l'aurait portée, et chantée même, à la place des Dessous Chics que lui avaient imposés le Beau Serge. Au lycée, les cools l'auraient eue depuis longtemps aux pieds, et négligée même. Taché, son satin. Je ne suis plus au lycée, je mets des chaussures propres mais je cherche depuis des mois LA basket. L'autre fois, Christina Sfez, miss D.Dikate, en avait une paire qu'elle portait fort joliment, la Nike Dunk, l'inénarrable Nike Dunk :

1635092709.jpg

"Bouhhh, bouhh", je sens venir les vitupérations des filles macaron. Mais je jure sur Madame Figaro qu'on peut être élégante, classe, et canon (allons-y gaiement) avec une telle paire de shoes aux pieds. Un jour, quand vous serez devenues gentilles, je vous montrerai. Il existe un ersatz de la Nike Dunk, plus fine, chez Mellow Yellow :

983272051.jpg

Pourquoi pas, je vous demande, pourquoi pas. Mais en me baladant dans les rues de mon cher haut Marais, qu'ai-je vu, en vitrine de Galerie Simone ? Une nouvelle créatrice de shoes, dingue, une Danoise qui plus est, et peu chère (50 euros les sandales). Lise Lindvig, mademoiselle a notamment créé ça. De loin, derrière un mur, dans le brouillard, ça ressemble vaguement à LA basket chic, non?

1959796743.jpg

Mais elle sait aussi faire ça, ça, ça et encore ça :

2055417488.jpg
1933968145.jpg

Lise Lindvig designe et produit depuis à peine deux ans, qu'elle continue, parce que je la veux déjà à mes pieds. Qu'est ce que ce sera quand elle sera riche et que ses ankle boots seront portées par la front star de la nouvelle série qui fera pleurer les filles et soupirer les garçons, je ne vous le demande pas. Je ne vous demande pas non plus comment j'en suis arrivée à vous parler de nu-pieds fins comme du papier OCB alors qu'à la base, il était question d'une fille qui voulait juste être belle et bien dans ses baskets. Pour la peine, je vais aller me prendre les Ash et les Lise Lindvig, et ce sera de votre faute, et je ne trouve pas de chute à ce post, mince... Mince ... Chuutt ... (S'en va sur la pointe des pieds)

Sondage amical : entre la ASH, la Mellow Yellow, la Nike, je prends quoi ?

PS : Lise Lindvig est disponible chez : June & Jim, 69 rue de Rochechouart, 75009 Paris ; Galerie Simone, 124 rue Vieille du Temple, 75003 Paris et surtout les très sympas Séries Limitees by Mag et Val, 20 Rue Houdon, 75018 Paris.