Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 octobre 2013

"Vendredi, get shorty!" #123

# LE CADEAU DE LA SEMAINE

Est-ce l'âge, la saison, est-ce la mode, n'est-ce rien de tout ça, toujours est-il que j'aime bien semer des petits messages à tout va. Sur mes sweats, sur mes bagues, et maintenant sur mes poignets, où brille désormais ce joli lien doré. Un bracelet de la marque Simplechic, composé d'un fil de couleur et d'une médaille gravée d'un message au choix. Celles qui me suivent depuis longtemps auront bien compris à quoi celui que j'ai choisi correspond, il s'adresse directement à la petite pétroleuse qui occupe mes nuits et mes pensées depuis presque 7 mois. La bonne nouvelle aujourd'hui, c'est que Simplechic va offrir à l'une d'entre vous le bracelet de la couleur / motif / métal / message de son choix parmi les commentaires. Tirage au sort dimanche soir ! 

simpleouv.jpg

simpleencore.jpg

siplelegende.jpg

simple.jpg

Lire la suite

07 juin 2013

"Vendredi, get shorty!" #111

# MONO(PRIX)MANIAQUE

A la rentrée prochaine, vos maris ne vont pas comprendre pourquoi vous afficherez cette furieuse envie d'aller faire les courses, toute seule, chaque semaine. Moi, je saurais. Moi, je pousserais même le vice (pour nous) et la vertu (pour eux) tous les jours si je pouvais. Moi, je me réincarnerais bien en étagère dans mon Monoprix, mais uniquement là-bas. Car vu ce que la marque proposera à partir de septembre, j'aimerais vraiment faire parties des meubles. 

Côté mode ...

monop1.jpg

Sweat parfait

CabasCuirImprimePois_79e90_HD.jpg

Sac à pois en cuir 

BasketMarineNoir_29e90_HD.jpg

Sneaker marine

ManteauLurex_89e90_HD.jpg

Manteau boyfriend

TeeShirtImprimeOurs_9e90_HD.jpg

Coté déco ...

monop2.jpg

monoprix,mimilou

monoprix,mimilou

monoprix,mimilou

monoprix,mimilou

Lire la suite

20 août 2012

"Too hot" (Kool & the gang)

Où je fais mon one-woman chaud

Du bout des doigts, j'écris ces lignes. Voilà bien les seuls membres que j'accepte encore de bouger, prise en étau par le sacré coup de chaud qui nous est tombé dessus. De passage dans le Sud avant un séjour bien mérité dans l'extra-Sud, celui où la possibilité d'une île prend des airs de réalité lagon, j'économise mon organisme au maximum. Gros repas, sieste, lectures, repas, dodo. Et la mode alors ? Et bien, elle est parfaitement intégrée à ce programme d'effort minimum (déjà que le reste de l'année ... Hum). J'admire celles qui se décorent l'orteil gauche de motifs de nail art, enduisent leurs paupières de fards nacrés, enroulent leurs cheveux dans un chignon head-bandé complexe, et accessoirisent l'ensemble de bracelets tintinabulant. J'ai pour ma part une conception extensive des vacances : les neurones, les papiers, la cuisine et la penderie sont mises au repos. Le brushing, au frigo. Et quand je sors, j'enfile du léger et surtout du prêt-à-porter. Au placard la haute couture, la grande flemmarde essaie juste de garder un peu de tenue.

DSCN1692.JPG

DSCN1694.JPG
Robe Monoprix (col. actuelle), sandales Comptoir des Cotonniers (été),
sac et ceinture Ba&sh

DSCN1688.JPG

Remarquez, en étant partisan du moindre effort, on peut très bien aller chez Monoprix acheter de l'écran total et ressortir avec dans son cabas une petite robe à papillons prête à enfiler. Ce qui, si on y réfléchit, est bien plus aisé que de sortir avec un panama neuf si on entre dans une phamacie, ou une paire de nu-pieds chez le boucher. Rah, mais j'avais dit qu'on ne réfléchit plus l'été. Vous voyez, il suffit que je reprenne le fl du clavier et déjà, je papillonne.

01:25 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : monoprix, ba&sh

15 juin 2012

"Vendredi, get shorty!" #68

Où le vendredi, c'est du catimini

LES BELLES CHOSES

Cos toujours, tu m'intéresses. Les couleurs, les imprimés, les coupes, la simplicité et la recherche à la fois. La collection printemps-été ne déroge pas à la règle, avec du minimalisme géométrique chic. Et surtout, des pièces portables même par 15° / 150% d'humidité dans l'air. Pourquoi je vous en parle aujourd'hui, et pas hier, et pas demain ? Because Cos a commencé ses soldes, pardi. En ligne, et en boutique. Ils n'ont pas vraiment le droit de les appeler soldes alors si jamais on vous demande, vous serez gentilles, vous vous rappellerez de vos ateliers théâtre pendant la cantine scolaire et vous jouerez celle qui n'était pas au courant.

0136331007_1_0.jpg0138057008_1_0.jpg

Lire la suite

30 mars 2012

"Vendredi, get shorty !" #58

Où le vendredi, c'est grenadine et daïkiri

LA BELLE CAMPAGNE

On s'y croirait presque. Ne manque plus que le petit rosé du soir, et les vacances, accessoirement. La partie de pétanque, entre potes, avant le dernier bain à la fraîche. Fichu soleil, on s'y croirait presque. On s'y croirait comme dans les visuels très dolce vita rétro de la marque My Suelly. Des couleurs acidulées ou pastel, des ballerines joliments bronzées et surtout, mon gros crush de la collection : les spartiates Lisa. Leur carte d'identité m'a fait oublier le sacro-saint rosé. Je ne jure plus que par leur grenadine.

Capture d’écran 2012-03-21 à 20.58.14.png

Capture d’écran 2012-03-21 à 20.58.44.png

Capture d’écran 2012-03-21 à 21.00.17.png

Capture d’écran 2012-03-21 à 21.01.40.png

Les Lisa en bordeaux, c'est pas mal ...

143919_1200_A mysuelly.jpg

En grenadine, c'est mieux !

Lire la suite

23 février 2011

"Ain't no mountain high enough" (Marvin Gaye)

Où j'aime aller par monts et par vaux

Vous n'êtes pas passées ici pour rien ce matin. Je vous assure. Alors non, pas de photo de look ravageur et audacieux "color-block, color me bad" (pour l'instant, mais la colorisation peut me rattraper), pas de concours pour remporter l'écran plat cadre platine et chinchilla encastrable de vos rêves (pour l'instant, mais Darty peut me contacter incessamment). A la place, une nouvelle qui fait toujours plaisir aux fashionistas du mercredi : la collection capsule du Mont Saint Michel est arrivée chez Monoprix ! Après April, May, Madame à Paris, Louison, ce sont nos bobos parisiens roi de la maille et du motif rétro qui ont livré quelques créations de proximité à nos paniers déjà débordés. Mais regardez-bien, entre le kilo de poireaux et le gel douche Obao, il reste de la place, non ? Alors, on se laisse transformer en mères Michel, mes vieilles.

180220111114.jpg

Lire la suite

20 octobre 2010

"I need a dollar" (Aloe Blacc)

Où vous reprendrez bien un petit coup de rouge

Un beau jour, ou peut-être une nuit, sur mon sofa, je m'étais avachie. A la télé, une émission de débat sans grand intérêt, avec un thème fort et porteur du type "la presse people est-elle un mal nécessaire?". Si vous attendez de moi une réponse, passez votre chemin du matin, parce que ce jour-là, je n'écoutais pas. J'étais tout bonnement happée par la tenue de l'intervenante : une simple chemise blanche avec un gros cardigan rouge. Jingle Bells, mes yeux en reniaient leurs prunelles, j'en suis devenue albinos tellement je me suis dit que c'était classe. Et depuis ce beau jour, ou peut-être cette nuit, dans mon viseur, c'est l'alerte rouge.

terryrouge.jpg

Gilet Mango, campagne Terry Richardson

zararouge.jpg

Gilet Zara

giletrougevirines.jpg

Gilet Laurence Doligé (Vitrines Parisiennes)

giler.jpg

Gilet American Vintage

En attendant que la version longue de ce dernier substitute n'atterrisse allegro colissimo dans ma boîte aux lettres, j'ai décidé de jouer au rouge-gorge.

19102010583.jpg

Robe Zara, ceinture School Rag, veste Maje, snood rouge Monoprix

19102010585.jpg

Ne manquerait plus à cette tenue qu'un petit sac pour finir le colorama. Nous en reparlerons tantôt. Quand les poules n'auront pas de dents, qu'il n'y aura plus d'essence à la pompe, que les Vélib' seront volés et que Jean-Luc Mélenchon aura eu la peau de Pujadas, bref, Armaggeddon.  Petit indice (pour le sac) : I'll be back.

22 avril 2010

"Madame rêve" (Alain Bashung)

Où on se trouve vite un prétexte pour aller faire les courses ... seule

Non, Madame ne rêve pas, non. Madame touche, madame essaye, madame palpe, et madame est obligée d'en convenir : chez Monoprix, Madame à Paris a tout compris. Vous m'avez suivie, mesdemoiselles ? La collection capsule de la jeune marque parisienne pour notre enseigne bobo préférée, mise en rayon ce mercredi (enfin, mardi soir pour les plus malignes) (type moi), est une vraie jolie surprise de printemps.

Madame-paris-monop-580.jpg

La logique des choses, du monde, de la mode, veut qu'on se cherche une robe pour une grande occasion. Moi, j'en suis venue, ces derniers temps, à me chercher une occasion pour acheter une grande robe. Dans ma petite cabine en contreplaqué bouleau, c'est exactement ce qu'il s'est passé. "La réunion de la rédaction jeudi". (Non, risque de renversage de café) "Ma prochaine virée dans le Marais" (l'hiver prochain, dans le meilleur des cas, depuis que j'habite B&B...) "Le mariage de Géraldine cet été". BINGO. J'avais l'occasion, ne manquait plus que j'annonce la couleur.

Photo0025.jpg

Beige ?

Photo0030.jpg

Rouge ?

Après rapide sondage auprès de la vendeuse-caissière (qui m'a bien rappelé de tout remettre en rayon après mon heure passée en cellulle) et des deux clientes du rayon sous-vêtements, ce brainstorming a conclu que la beige serait plus facile à accessoiriser. Avec quelques rayons de soleil, on est d'accord, parce que sur ma peau Efferalgan, l'effet boeuf n'est pas garanti. Et avec le boléro Bel Air en cuir tant désiré, enfin acquis.

013.JPG

Puis le pois a été tellement lourd à porter que j'ai embarqué la jupe assortie, histoire de faire doublon. Alors les filles, si vous passez acheter du vin blanc, des petits pois ou du jambon de Parme, un seul conseil : on croque-Madame !

07 avril 2009

"Show me what I'm looking for" (Carolina Liar)

Où j'aimerais avancer le calendrier de 8 jours, là, maintenant, tout de suite, pampulilu pouvoirs magiques

Je ne sais pas ce que je ferai tout à l'heure, thé ou chocolat. Je ne sais pas ce que je ferai demain, avec ou sans talons. Je ne sais pas ce que je répondrai quand la Chine téléphonera, je ne sais pas si les oeufs tourneront moins ronds quand les poules auront des dents, mais le 15 avril, je serai là :

monop.jpg

Et je n'irai pas y chercher ces mezze lune divines à la mozzarella, ni ces smoothies aux fruits rouges qu'il y en a déjà plus le samedi à 16h. Non. J'irai uniquement pour ça :

 

trencheroto.jpg

Trench Erotokritos

Avec mon créateur chypriote, on s'est installé dans un "je t'aime moi non plus" permanent et une fois encore, je lui en veux. Le reste de sa collaboration avec Monoprix, je préfère ne pas en parler, même ne rien montrer. Mais ce trench mastic sauve tout, peut-être parce qu'il était issu de sa collection Eros de l'été dernier, qu'il était trop cher pour moi, et que je me dis qu'à un monoprix, on pourrait devenir amis. Le 15 avril, qu'il vente, qu'il neige, qu'il soleille, je sais ce que je ferai. Et si la Chine appelle, elle est gentille, elle laisse un message.

13:07 Publié dans Mustave | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : erotokritos, monoprix

25 avril 2008

"Working together" (Gonzales)

Où paradoxalement, je suis une fille plus si bien que ça dans sa ville

A droite, les shampoings, et les serviettes hygiéniques aussi, un peu plus loin les Kleenex et le coton. A gauche, le papier toilette, l'eau de Javel et le Paic citron. Au fond, la charcuterie, les laitages et la purée en flocons. Et là, à l'entrée, cette fameuse collection Autre Ton, bientôt aussi célèbre sur les blogs que les Isabel Marant et autres Anna Corinna.

S'il existait un fan-club du Monoprix, telle que vous me lisez, j'aurais déjà ma carte de membre et je rédacteurerais en chef le fanzine. Monomaniaque, I'm a maniac, maniac on the mall floor. Parce qu'on y trouve toujours ce qu'on n'est pas venu chercher. Les cookies Chocolate Chunk noir pécan, par exemple, d'une utilité assez relative. Ou ces petits batouns de chèvres, dégoulinants d'huile, mmmh. Des rondelles de polenta. Le rayon traiteur. Les cookies Chocolate Chunk noir pécan. Puis y'a Radio Monop', aussi. Raddddio Monop', cette voix flûtée qui te fait sursauter en palpant la tomate cerise. Mademoiselle Agnès qui te raconte que cet été, tu mettras de la robe à pois, et toi tu te dis que l'été dernier aussi, y'a rien de nouveau sous le soleil du rayon fruits & légumes, franchement. Mais t'aimes bien, et y'a le jingle qui te remet d'aplomb, Radio Monop', un rayon plus loin, des scones avec des raisins dedans.

Eprise du Monoprix, donc, mais il y eut vite méprise. L'existence de ce fameux rayon vêtements. Joli au demeurant, et hyper bien fourni en taille 44.

888982843.JPG
Robe Monoprix esprit Isabel Marant, 29,90 euros
1350955576.JPG
Knicker bio, 39,90 euros, sac Anna Corinna, gilet La Fée, foulard H&M

C'est bien bio, mais ces deux pièces représentent sans doute mes deux derniers achats dans cette enseigne. Pourquoi? Vous allez dire, c'est la modeuse qui se fout de la vendeuse. Peut-être. Mais ce jour-là, j'étais venue pour acheter du p.cul. Pour accéder au rayon papier toilette, il faut bien passer par l'entrée, et dans l'entrée, y'a des portants de jolies fringues. Bingo (Mia), la gogo, radio gaga. Qui repart avec une robe, un knicker et la désagréable sensation d'avoir suivi le chemin de la bonne petit consommatrice, chemin minutieusement balisé par des gens dans des bureaux qui font produire en Chine. OK, je me suis fait avoir pour les cookies Chocolate Chunk. Mais les vêtements, je dis stop. Comme elle, d'ailleurs. Les blouses, les vestes, ce sera dans de petites boutiques, chez des jeunes créateurs qui font produire en France, et surtout quand je l'ai décidé. Easy, sellers. Puisque je suis une fille facile, qu'on me laisse aller choisir mon déjeuner en paix. Autre ton, autres moeurs.