Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 janvier 2013

"Last day of magic" (The Kills)

Où je solde, tu soldes, il solde ...

Encore quelque temps, allez. Quelque temps où je pourrais, à loisir, surfer 2h30 sur des sites américains d'e-shopping et calculer si avec le dollar, en ajoutant quatre et en retranchant l'âge du capitaine, le sac de mes rêves coûte trois euros moins cher qu'en France. Ces minutes qui deviennent des heures à sélectionner des looks, des photos, repérer, renverser mon thé sur le clavier, baver, prétendre que "je n'en ai pas pour longtemps, chéri". Trier, photographier les pièces de mon dressing que je ne porte pas, les vendre / les poster pour en adopter d'autres que j'espère porter plus. Du temps de fille, de fille futile, rien que pour moi. Allez, mes dernières soldes de fille, cinq cent millions de Chinois, je pense à moi, à moi, à moi. Enfin, déjà un peu à elle, allez, il est peut-être temps. Pas question d'être la fille indigne, la marseillaise. Plutôt la bonne Mère. 

soldes1.jpg

soldes2.jpg

Voici donc mon butin soldes, que j'ai commencé à amasser dès les ventes privées. Les plus perspicaces auront reconnu en haut LA chemise de Daphné Bürki qui m'a fait tant courir depuis deux mois, mais que j'ai finalement dénichée au Printemps. Voilà, pour moi c'est fini, car le reste de mon crédit va désormais se porter ailleurs. Totalement dévolu à une poupée devant laquelle la grande fille risque de se faire toute petite. 

PS : Et si vous passez sur mon vide-dressing, les frais de port colissimo sont offerts pour 50 euros d'achat !