Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 janvier 2015

"I don't wanna wait" (Paula Cole)

Où je suis fille qui n'aime pas les files

Au supermarché, le papa Noël, l'été, que ma fille ait fini de manger, le réassort Sézane, chez le docteur, que ma fille ait fini de pleurer, la dernière fournée de chouquettes, l'HDMV quand on doit sortir, les pubs au cinéma, non, je n'aime pas attendre. Impatience, quand tu me tiens, tu me tiens tout le temps en fait. Tu m'étreins, tu m'oppresses, et mes pieds frénétiquement s'animent, et ma voix s'aiguise, et mon sourire se crispe. Je n'aime pas attendre, le défaut je le sais, je préfère le tout de suite au plus tard, j'ai plus confiance en le présent qu'en le futur. Le présent est mon temps, et je ne veux pas le perdre. Dernière illustration en date : ce trench, acheté en soldes chez Claudie Pierlot en prévision du printemps, du marine et du cuir pour des ballades sous ciel bleu. Sauf que le printemps, on l'attend, comme le thermomètre aussi. Alors le ciel était gris, la ballade plutôt courte, mais j'ai été imperméable à ce que me soufflait ma raison. 

emoiouv.jpg

emoiprofil.jpg

emoi3.jpg

emoi4.jpg

emoilegende.jpg

emoiok.jpg

Alors j'ai serré les fesses, serré les dents, serré mes poings dans les poches, et j'ai mis mon trench. Aussi impatiente qu'une enfant qui veut porter ses sandales de plage en février, en somme. C'est peut-être là, d'ailleurs, que j'ai chopé cette crève qui me met à plat depuis lundi. L'impatience se paie. Aussi loin que je me souvienne, une fois seulement, je n'ai pas souhaité accélérer le temps. C'était il y a déjà plus de deux ans, nous étions alors deux à ne faire qu'une. Egoïstement, je voulais garder cette petite gigoteuse pour moi. Permettez : mon impatience a eu la plus belle des limites. 

PS : Les gagnantes du concours Les Ballades enfantines sont Juliettewan et Gwenaelle ! Vos coordonnées mesdames par mail :)