Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 juillet 2011

"Are you kidding me ?" (Anouk)

Où mes coups de gueule n'ont pas de prix

La revoilà, à tire d'ailes, la franc-tireuse du lundi, sciée comme un canon par sa découverte de saison. Oui, gentes dames, j'ai revêtu en ce lundi ma chère panoplie de Joëlle Goron (les plus anciennes comprendront, Frou-Frou power). Appelez-moi la gendarmette du shopping car aujourd'hui, je verbalise mon courroux .Non parce que quand j'aime, je ne compte pas, mais quand je n'aime pas, je ne conte plus. Vous allez comprendre, et pas besoin de sortir vos calculatrices. Il y a quelques mois, je vous étalais en large couche confiturée tout le bien que je pensais de la nouvelle collection Minelli. Et patati, et patata, "ils ont changé de bureau de style c'est pas possible", et "la campagne-photo est super réussie"... Bref, j'en ai peut-être fait trop, parce que je suis tombée de bien haut quand, le premier jour des soldes, je me suis pointée en boutique la fleur au fusil et une petite liste de mes repérées envies.

image.jpg

Lire la suite

20 juin 2011

"She wants" (Metronomy)

Où les réductions, ce n'est plus de saison

Mercredi 22 juin, à l'heure où blanchit la campagne, à l'heure où blanchit tout autant ma terrasse citadine depuis 15 jours, je ne les attendrais pas. Et pourtant, les soldes d'été commenceront. Soldes d'été. Mais quelle est cette salade, que la météo nous assaisonne et déraisonne à grand coups de giboulées et de températures givrées ? L'été arrive, mais j'aurais franchement préféré des soldes d'hiver. Me repérer un bon gros gilet, une parka (même The Kooples, je suis magnanime), des bottes. Depuis 15 jours, je fais pourtant la grève du collant, hors de question que j'aille récupérer à la cave ma valise de robes et jupes d'automne, je ne jure que par le jean. Une vie monotone de presqu'automne, et mes jupes désespèrent, et mes débardeurs  se cherchent une autre paire de manches. C'est le blues du placard, ma penderie veut se pendre. Pour pallier cette dépression dans tous les sens du terme, j'avais quand même fait un petit repérage de soldes, pour la forme.

messoldes.jpg

- La robe Farouche de chez Ba&sh. M'enfin les soldes privées ont eu lieu, et si ça se trouve, elle est déjà arrivée chez moi, la belle rebelle.

- Le short Essec de Maje. M'enfin les soldes privées ont eu lieu, et si ça se trouve, il est déjà arrivé chez moi, le couvre-postérieur divin de Pippa (voir épisode précédent).

- Le tee-shirt Charlotte Sometime. Poétique.

- Une ceinture léopard (peu importe la provenance)

- Les fameuses sandales See by Chloé. Mais ma pointure disparaît peu à peu des étals, donc je vais sans doute pointer aux objets non trouvés dans cette histoire.

- Le sac Sunny de Zadig & Voltaire, mais pas l'argent, pas le besoin, donc c'est un peu l'intrus dans la liste (ça manquait d'une touche de bleu, sans doute).

Ah, je n'avais pas vu les ajouts en deuxième page :

FSTAKA3.jpg

- Une marinière grise Bérangère Claire. Rien de très spirituel à dire là-dessus.

soldes,bérangère claire,maje,ba&sh,princese tam tam,the must

- Un blazer corail Asos, mais va savoir lequel (on vote en commentaire, SVP).

theme_3THEMU_1.jpg

- Un deux-pièces Princesse Tam Tam. "The must" qu'il s'appelle, donc il m'ira très bien, je suis totalement bilingue. Bien évidemment, je le porterai sous un tricot de peau, un sweat, un gros gilet et mon duffle-coat. Mais bon, je saurai que je le porte, ce sera déjà ça. Ca y est, la blogueuse devient aigrie de la blague. Non mais sérieusement, ladies, ce contre-temps estival ne vous rend-il pas gaga ?

PS1: après tirage au sort masculin, le commentaire n°37 remporte le concours Jollia, soit Mathilde 59 ! Un email, miss !

PS 2 : Gros réassort, avec du petit prix et de la marque (Comptoir des Cotonniers, Maloles, Suzie Winkle, Christiansen ...) sur mon vide-dressing !